Un livre de politicien privé de la liste des meilleures ventes du New York Times

Nicolas Gary - 16.07.2015

Edition - International - campagne présidentielle - Ted Cruz - meilleures ventes livres


Que les politiciens achètent des exemplaires de leur livre pour en distribuer à leurs proches reste une pratique courante. Cela fait généralement la joie de l’éditeur, qui se retrouve avec un stock déjà écoulé, sans avoir à trop s’investir. Cette fois, les choses sont plus complexes : Amazon s’en mêle, et annonce que le livre de Ted Cruz, ses mémoires de sénateur du Texas, A Time for Truth, mériteraient de figurer dans la liste des meilleures ventes du New York Times. Lequel refuse totalement...

 

Ted Cruz

Gage Skidmore, CC BY SA 2.0

 

 

Dans un message d’un porte-parole de la firme, on apprend en effet que, le 12 juillet, le livre était en 13e position sur les meilleures ventes. « Et il n’y a aucune preuve d’activité d’achat massif, inhabituelle, dans nos données sur les ventes », assure Saraj Gelman, directrice des relations presse d’Amazon. 

 

Des affirmations qui recouperaient les conclusions de l’éditeur, HarperCollins, qui avait étudié la structure des ventes, et confirmerait que le livre s’écoule très bien. Sans que le moindre doute existe sur le fait qu’il s’agisse de ventes régulières. Moralité, on accuse le NY Times de mentir, en refusant de faire figurer l’ouvrage dans ses meilleures ventes.

 

Ted Cruz, parti en compagne, et membre du parti républicain n’est pas vraiment du bord historique du journal. Et dans le communiqué du porte-parole de campagne du sénateur, on met en doute « la partialité partisane évidente » du journal. Ce dernier refusait en effet d’intégrer le livre en prétextant des achats de masse évidents, visant à faire grandir les chiffres de vente, artificiellement. « La preuve est exactement contraire. En appuyant cette fausse accusation, le Times a essayé d’attaquer l’intégrité du sénateur Cruz et de son éditeur, HarperCollins. »

 

La guerre des chiffres est donc déclenchée, et, selon Nielsen BookScan, le titre, commercialisé depuis le 30 juin, s’était écoulé à 11.854 exemplaires, le 13 juillet. Il aurait alors fallu, conformément aux données, que le livre figurât dans la liste des meilleures ventes, à la 3e place. 

 

 

Candidat à la présidentielle américaine de 2016, Ted Cruz serait frappé d’ostracisme best-sellerien par la rédaction – lequel a d’ailleurs été remarqué par l’éditeur, et signalé à la presse, l’autre, celle qui est indépendante. Et qui s’est empressée de diffuser les éléments qui lui avaient été transmis. (via Politico)

 

D’ailleurs, le camp de Cruz semble particulièrement apprécier cette controverse, qui offre un peu plus de présence médiatique encore au candidat. C’est qu’après le lancement de sa campagne politique le 23 mai dernier, ces différents rebondissements n’ont fait que mettre en valeur le candidat. 

 

Et bien évidemment, il se trouve toujours des livres, lors des déplacements de Cruz, pour qu’il puisse se lancer dans des séances de dédicaces effrénées, à chaque fin de meeting...