Thaïlande : le livre ne craint pas internet, mais doit trouver les jeunes lecteurs

Nicolas Gary - 15.10.2016

Edition - International - Thaïlande lecture jeunes - éditeurs libraires livres - manifestation foire livre


La Book Expo Thailand a débuté ce 13 octobre, et se prolongera jusqu’au 24. L’occasion de découvrir une riche sélection d’ouvrages, tout en profitant d’un prix réduit, durant la foire. Et pour les éditeurs, de prendre le pouls d’un pays, dans sa relation aux livres. 

 

 

 

La 21e édition réunit 406 maisons d’édition, durant les 12 journées d’événements, qui attirent en moyenne plus de 2 millions de visiteurs. « C’est une chance rare de jeter un œil dans les coulisses, dans la production de livres, et un métier qui implique écrivains, auteurs, grpahistes, traducteurs, correcteurs et illustrateurs », soulignent les organisateurs. Parmi les attractions, la foire propose en effet de découvrir les différentes étapes de création d’un ouvrage, et les visiteurs pourront par ailleurs s’essayer à la fabrication de leur propre livre.

 

Internet, une alternative heureuse

 

La Publishers Association of Thailand, ou Pubat, dévoilera durant la manifestation des données sur l’état de la lecture dans le pays. Le président de la Pubat, Charun Hormtienthong, fait à ce titre preuve d’un grand optimisme, alors que les ventes de livres imprimés continuent d’augmenter.

 

Internet, estime-t-il, n’empêche pas les Thaïlandais d’acheter des livres, et leur permet de profiter de lectures en ligne. Mais ce comportement n’est absolument pas cannibalisateur, à l’égard des livres papier. « Internet offre aux romanciers et écrivains indépendants la possibilité de prendre part à la publication de leur livre, physiquement », note-t-il. Autrement dit, l’autopublication n’est pas dénigrée, en ce qu’elle accorde une opportunité réelle. 

 

En revanche, le président de la Pubat tacle sans hésiter le gouvernement thaïlandais, qui n’a pas suffisamment encouragé la lecture chez les enfants et les jeunes. Charun Hormtienthong a d’ailleurs sollicité l’intervention de sociétés et d’agences privées, pour développer une politique de promotion de la lecture, et de l’acquisition de connaissance.

 

Les jeunes lecteurs, l'avenir du pays

 

« J’espère que, si le gouvernement prend soin de sérieusement favoriser la lecture auprès de la jeune génération, ils seront armés d’un savoir permettant de faire aller le pays de l’avant », poursuit-il. La grande difficulté, cette année, viendra surtout du décès du roi Bhumibol, qui s’est éteint après 70 ans de règne – à l‘âge de 88 ans, ce 13 octobre.

 

Le deuil national aura un impact sur la fréquentation globale de la manifestation – et l’on s’attend à ce que les ventes diminuent de même : près de 20 % de recul sont attendues. Bien entendu, la Pubat s’est associée à la douleur des Thaïlandais qui préfèrent ne pas prendre part à la manifestation, pour vivre leur deuil. Toutefois, l’an passé, un certain ralentissement économique avec déjà touché le secteur du livre, comme celui de la consommation au niveau national. 

 

« Maintenant, il y a toute une nouvelle génération de lecteurs à conquérir, à laquelle recommander de bons ouvrages, pour produire une nouvelle génération. Parce que le monde est en train de changer. Dans le même temps, nous n’avons pas abandonné l’ancien modèle. La philosophie de notre travail. [...] Tout s’est adapté aux lecteurs, et nous devons les écouter », conclut le président de la Pubat. 

 

crédit BET

 

via Bangkok Post