The Obamas : portrait caustique du couple en début de campagne

Clément Solym - 09.01.2012

Edition - International - michelle - kantor - obama


Dans son livre The Obamas, à paraître demain aux Etats-Unis, Jodi Kantor revient sur les quatre années de présidence du couple Obama à la Maison-Blanche.

 

À quelques mois de la présidentielle, cet ouvrage pourrait agiter les débats politiques sur le véritable rôle politique de la « First Lady »,  Michelle Obama, très attachée à son image de bienfaitrice, et connue du grand public pour sa lutte contre l'obésité ou ses lectures dans les écoles publiques. Elle est même parvenue à faire oublier Nicolas le Jardinier, avec son ouvrage sur le bien manger et son petit potager de Washington.

 

Le livre compile le témoignage d'environ trente employés, en poste actuellement ou par le passé à la Maison-Blanche, qui ont côtoyé les Obama. Le couple présidentiel a refusé de participer à son élaboration, et déclaré que le livre était un « excès de dramatisation de vieilles histoires ».

 

 

La journaliste du New York Times insiste essentiellement sur la personnalité de Michelle Obama, qu'elle dépeint comme une force œuvrant dans les coulisses. Et dont les opinions politiques auraient créé des tensions avec des conseillers du président, notamment Rahm Emanuel, l'ancien secrétaire général de la Maison-Blanche et Robert Gibbs, le porte-parole de la présidence.

 

The Obamas revient également sur la question de la réforme du système de santé, très controversée aux Etats-Unis. Ce serait Michelle Obama qui aurait incité son mari à maintenir le cap alors que le projet faiblissait en 2010, rapporte l'AP, qui s'est procuré un exemplaire de The Obamas vendredi dernier. 

 

Dans ce dossier, elle aurait accusé la Maison-Blanche de mauvaise gestion, ce qui aurait poussé Rham Emanuel à poser sa démission, qui fut par la suite refusée par le président. 

 

Jodi Kantor discute également de l'implication de Michelle Obama dans son rôle de Première Dame. Il révèle qu'après les élections présidentielles en 2008, cette dernière ne voulait pas aménager tout de suite à la Maison-Blanche, mais rester à Chicago pour permettre à ses filles d'achever l'année scolaire dans leur école.

 

Insidieusement, le livre semble remettre en question l'autorité de Barack Obama en matière de décision politique, ce qui ne l'aidera pas tout à fait pour les prochaines élections, alors que la campagne ne fait que commencer.