The Torist, la revue littéraire du deep web, a sa version française

Antoine Oury - 22.02.2016

Edition - International - The Torist Thomas Deslogis - The Torist revue littéraire deep web - The Torist deep web


Thomas Deslogis, poète habitué des colonnes d'ActuaLitté, également présent sur Le Tag Parfait et Fluctuat, a appris par l'un de nos modestes articles l'existence de The Torist, la première revue littéraire du Deep Web. Ni une, ni deux, l'auteur, toujours avide de territoires à découvrir et investir, a contacté les fondateurs de la revue pour mettre en place un équivalent français. 

 

 

 

Lancée fin janvier, la version américaine de The Torist a déjà une petite sœur francophone : la revue littéraire a été fondée par deux utilisateurs du deep web, Robert W. Gehl, professeur au sein du département communication de l'université d'État de l'Utah, et GMH, un créateur et auteur. Ils sélectionneront et publieront des textes parmi les propositions qu'on leur aura fait parvenir, avec un numéro de The Torist par semestre, pour commencer.

 

Depuis l'Espagne, Thomas Deslogis a contacté le comité éditorial de The Torist pour leur proposer de lancer la version française du journal, dont il va lui-même assurer le suivi éditorial. « Je vois cela comme une continuité de mon engagement personnel : j'ai toujours refusé de publier dans les revues poétiques françaises, je ne veux pas publier de livres, et je me tiens loin de ce petit milieu. Dans ma propension à privilégier internet, je trouve que cela peut apporter quelque chose à ce que je fais, et que je peux apporter quelque chose, étant donné mes activités » explique Deslogis.

 

L'idée derrière The Torist est celle d'une liberté totale, fondée sur l'anonymat et la protection des données du navigateur Tor, ainsi que l'espace de libre expression que représente le deep web. « L'idée principale, c'est aussi de faire comprendre que le deep web, ce n'est pas seulement toutes les choses horribles que l'on peut y croiser, c'est aussi le féminisme, les discussions sur le cas de Snowden, le relais d'une pensée de gauche très à gauche à laquelle la revue souscrit sans problème. »

 

Si le deep web français est encore assez pauvre en dehors des forums, son équivalent anglophone s'est bien développé, et constitue une plateforme pour les dissidents privés de liberté d'expression dans leurs pays.

 

"Je crois que l'on se censure, personnellement"

 

Évidemment, tout l'enjeu de la revue est également d'obtenir des textes dépourvus de la censure — ou de l'autocensure — qui sévit lorsque l'on publie sur le web. « C'est une question qui nous fascine : je pense qu'il y a une influence sur l'écriture qui se fait doucement ressentir. Certains poètes avec lesquels j'ai discuté m'ont dit que c'était de la paranoïa, que nous n'étions sûrement pas surveillés par FBI... Mais c'est toujours a posteriori que l'on se rend compte de la surveillance : la littérature a toujours donné l'exemple sur ces sujets, et je crois qu'il faut prendre de l'avance dès maintenant. Je crois vachement au fait que l'on se censure, personnellement : aujourd'hui, le bad buzz démarre en 2 secondes, tout le monde le craint, et je crois qu'on est dans une forme de censure inconsciente. » 

 

Ce n'est pas parce que l'écriture est libre qu'elle sera forcément trash ou illégale : « Nous n'accepterons pas de textes fachos, évidemment... Et l'objectif n'est pas de publier des sujets trash, mais toutes sortes de sujets, qui pourront être abordés de façon trash, cela dit », précise Thomas Deslogis. 

 

Pour tous les auteurs intéressés, il est possible de faire parvenir sa contribution, qu'il s'agisse de fiction, non fiction, SF, poésie, peintures, sculptures, dessin, photographies, bande dessinée, à l'adresse mail thetoristfr@riseup.net. Un compte Twitter a été créé, mais il n'y aura pas de page Facebook, pour « limiter au maximum » la dissémination des données. Évidemment, l'ensemble des échanges seront cryptés, et l'anonymat garanti.

 

Pour les curieux, le journal sera accessible au format PDF à l'adresse http://toristinkirir4xj.onion/. Pas besoin de compétences particulières : il suffit d'installer le navigateur Tor pour y accéder. La diffusion de la revue se fera uniquement par PDF, accessible sur le site The Torist. Chaque revue aura sa propre ligne éditoriale, sans échange.