The Witcher : accord en vue entre Sapkowski et les créateurs des jeux vidéo

Antoine Oury - 05.02.2019

Edition - International - The Witcher jeu video - Andrzej Sapkowski - CD Projekt Red


Andrzej Sapkowski, auteur polonais des livres de la série The Witcher, s'estimait lésé par la vente des droits d'adaptation en jeu vidéo à la société CD Projekt Red. Après l'immense succès rencontré par les différents titres vidéoludiques, l'auteur avait demandé 14 millions € en guise de dédommagement. Un accord à l'amiable serait sur le point d'être trouvé entre les deux parties.

Andrzej Sapkowski (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


En octobre 2018, le studio CD Projekt Red avait annoncé la réception d'une demande de règlement de droits d'auteur supplémentaires de la part des avocats de l'écrivain Andrzej Sapkowski : plus d'une décennie après avoir cédé l'intégralité des droits d'adaptation de The Witcher en jeu vidéo, l'auteur s'estimait désormais lésé par les termes du contrat alors signé.

Sapkowski réclamait 60 millions de zlotys, soit 14 millions €, en guise de dédommagement. Les représentants de l'auteur assuraient que le contrat passé avec la société ne concernait qu'un jeu, et non une série ou des extensions, et que ces suites sont donc « illégales ».

Après un premier jeu en 2007, CD Projekt Red avait mis au point et commercialisé une suite en 2011. The Witcher 3 : Wild Hunt, en 2015, a transformé l'essai avec 10 millions d'exemplaires vendus en quelques mois seulement. Depuis, le studio a sorti d'autres titres, basés sur le gwynt, un jeu de cartes fictif déjà présent dans The Witcher 3 et très apprécié par certains joueurs.

CD Projekt Red s'était vivement défendu face aux réclamations de Sapkowski : le conseil d'administration du studio estimait les demandes « infondées, aussi bien quant à leur légitimité qu'en leur montant. La société avait légitimement et légalement acquis les droits d’auteur sur le travail de M. Andrzej Sapkowski, c’est-à-dire dans la mesure nécessaire à son utilisation dans les jeux développés par la Société. Toutes les dettes à payer par la Société en association avec celles-ci ont été correctement acquittées ».
 

Un accord à l'amiable


Quelques mois après la réclamation, et alors que la possibilité d'une action en justice planait, la presse polonaise annonce qu'un accord à l'amiable serait sur le point d'être signé entre les deux parties. Une compensation serait accordée à Sapkowski par le studio, pour un montant bien moins élevé, toutefois, que celui réclamé par l'auteur, indique Puls Biznesu

L'accord à l'amiable permettrait au studio de conserver « une relation saine » avec Sapkowski, autrement dit de conserver ses faveurs pour une prochaine adaptation de The Witcher, qui n'est toutefois pas à l'ordre du jour pour le moment.
Sapkowski avait cédé les droits d'adaptation de sa série en jeu vidéo au milieu des années 2000, pour environ 10.000 $, d'après la presse polonaise. Après le succès de The Witcher 3, mais aussi l'achat des droits d'adaptation audiovisuels par Netflix, qui prépare sa série The Witcher, Sapkowski et ses avocats se seraient décidés à revenir à la charge pour obtenir une révision du contrat initial passé avec CD Projekt Red.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.