Théorie du genre : des manuels scolaires de SVT remis en cause

Clément Solym - 31.08.2011

Edition - Société - théorie - genre - députés


La théorie du genre redéfinit les différences sexuelles entre hommes et femmes de façon à ce qu’elles ne puissent pas être à l’origine de la constitution ou de la justification des inégalités sociales qui pourraient éventuellement en découler. C’est la culture, et non l’inné, qui serait créateur d’identité et créateur du système de genre. Mais son enseignement ne faire guère l’unanimité.

Déjà Christine Boutin, dans une lettre ouverte destinée au ministre de l’Education nationale, s’insurgeait contre l’intégration de cette théorie au sein des nouveaux manuels de SVT au lycée. Cependant, à présent, ce sont en plus pas moins de 80 députés UMP qui attaquent Luc Chatel sur ce point.


Ces derniers dénoncent notamment la publication de manuels scolaires qui définissent l’identité sexuelle des individus tout autant par le contexte socio-culturel que par leur sexe biologique, rapporte l’AFP. Ayant aussi écrit au ministre de l’Education, ces députés souhaitent voir disparaître des manuels de première la référence à la théorie du genre sexuel.

On peut ainsi lire dans cette lettre une remise en cause forte de la pertinence d’un tel apprentissage : « Selon cette théorie, les personnes ne sont plus définies comme hommes et femmes mais comme pratiquants de certaines formes de sexualités : homosexuels, hétérosexuels, bisexuels, transsexuels », rapporte l’AFP.

Et d’épingler un manuel scolaire publié par Hachette dans lequel on peut ainsi découvrir ce passage : « Le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. Cette identité sexuelle, construite tout au long de notre vie, dans une interaction constante entre le biologique et le contexte socio-culturel, est pourtant décisive dans notre positionnement par rapport à l’autre ».