Thriller : Jax Miller signe un contrat à six chiffres pour ses débuts

Julien Helmlinger - 01.04.2014

Edition - International - Thriller - Contrat d'édition - Harper


Elle fait son entrée par la grande porte de l'édition, à la veille du lancement de la London Book Fair. L'écrivaine Anne O'Donnel, écrivant sous le pseudonyme de Jax Miller, une jeune femme âgée de 28 ans qui réside à Meath en Irlande, s'est vue offrir par HarperFiction son premier contrat d'édition à six chiffres. Il en découle la parution prochaine de deux livres, dont une oeuvre qualifiée par l'éditeur de thriller « à couper le souffle », d'un rythme sans précédent. Un peu comme la signature de l'accord, intervenue au surlendemain de la fin de la rédaction du roman.

 

 

 

 

Les droits concernant la publication du roman intitulé Freedom's Child, qui devrait paraître d'ici l'été 2015, ont été acquis par HarperFiction pour le Royaume-Uni et le Commonwealth, auprès de l'agent Simon Trewin de WME. Un manuscrit que n'auront pas laissé échapper l'éditrice exécutive de HarperFiction, Kate Elton, et la vice-directrice de la publication Sarah Hodgson. Ces dernières auront été séduites par un protagoniste central attachant et une oeuvre jugée accomplie.

 

Il s'agit d'un thriller centré autour d'une femme, Freedom, qui vient de passer 18 ans sous la surveillance d'un programme de protection des témoins, après avoir été disculpée du meurtre de son conjoint. Quand l'enfant qu'elle a mis au monde derrière les barreaux en vient à disparaître, bien qu'elle l'ait abandonnée pour adoption, la mère échappe à la vigilance de l'administration pour tenter de retrouver sa fille.

 

Anne O'Donnel est née à New York, où elle a grandi tout comme ses ancêtres irlandais émigrés depuis le début du XVIIIe siècle aux États-Unis. Sous son véritable patronyme, elle figurait en 2013 dans la shortlist de la Crime Writer Association, courant pour le prix Debut Dagger destiné aux écrivains en herbe non publiés. Mais elle ne s'attendait pas à l'effervescence des derniers jours.

 

Comme le confie l'écrivaine émergente, tout s'est passé très vite : « J'ai terminé mon roman le mardi, Simon l'a lu le mercredi, m'a signée le jeudi et l'a envoyé à Kate Elton le vendredi. La transaction a été finalisée pendant la nuit du lundi et j'espère que je ne me réveillerai pas demain pour découvrir que tout cela n'était qu'un rêve. »