Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Thriller, romance, humour et horreur : incidences sur le cerveau

Nicolas Gary - 04.11.2013

Edition - Société - réactions du cerveau - lecture - genres littéraires


Pour accompagner le lancement d'un appareil de lecture, rien ne vaut un petit rappel des bienfaits de la lecture sur l'esprit humain. Pour ce faire, Sony a mandaté le Mindlab Internationbal, qui a donc enquêté sur l'influence exercée par la lecture et les livres sur notre cerveau. Conclusions détonantes, mais étude menée sur 40 participants seulement.

 

 

Brains on Chains

Romance, thriller, humour et polar : quatre actions, quatre cerveaux ?

Shawn DeWolfe, CC BY 2.0

 

 

La firme, basée à Sussex, dans le sud du Royaume-Uni, a soumis les participants à la lecture de quatre genres littéraires différents. Ont alors été analysés leurs niveaux de détente et d'attention, mais également l'implication émotionnelle dans la lecture et la vitesse à laquelle ils avalaient les pages. 

 

Selon leurs résultats, le thriller serait le plus enclin à stimuler attention, concentration et vivacité d'esprit, alors que les romans, dans l'ensemble, inclinent à la détente. Parmi les autres genres littéraires, humour, romantisme et horreur. Et durant la lecture, l'activité du cerveau de chacun était surveillée, ainsi que les réactions épidermiques. 

 

Au cours des six minutes de lecture silencieuse, l'ensemble des participants a vu son stress physique diminuer de 60 %, soit 68 % de plus que ce que procure la musique, ou encore, deux fois l'efficacité d'une tasse de thé - sacrés Britanniques... - ou trois fois supérieure à celle d'une balade à pied. 

 

Pour diminuer le stress, le roman d'amour a été efficace sur 40 % des lecteurs. En revanche, les livres d'humour, qui nécessitent moins d'attention, entraînent une implication émotionnelle de 50 % inférieure aux thrillers et romances. En somme, avant de se mettre à travailler, lire un polar pourrait améliorer l'efficacité, et pour se détendre pleinement, un livre drôle. 

 

Ou alors un roman d'amour. Dans tous les cas, la lecture stimule bien les régions du cerveau qui participent à la détente mentale. « Même si nous savons tous que la lecture est un passe-temps relaxant, les résultats de cette étude montrent comment notre cerveau réagit et répond véritablement aux différents genres. La lecture peut nous aider à gérer des situations stressantes et nous prépare même à les affronter mentalement », commente le docteur David Lewis de Mindlab.

 

Enfin, dans le lien entre émotion et vitesse de lecture, la corrélation est faite : plus on s'ennuie, moins on avance dans le livre. En réalité, l'étude montrerait que plus l'émotion ressentie est forte, plus la vitesse de lecture augmente. Avec cette nuance : quand les séquences de lecture sont sombres et intenses, ainsi qu'on en trouve dans les thrillers et les livres d'horreur, alors, le lecteur ralentit.

 

Pour préserver le suspens ?