Tim Coates conseille Londres sur ses bibliothèques

Clément Solym - 23.02.2012

Edition - Bibliothèques - bibliothèque - Londres - Tim Coates


Tim Coates est le directeur général des librairies Waterstones, et il a décidé de s'intéresser au problème épineux qu'est la gestion des bibliothèques pour la municipalité londonienne. Pour le pire, puisqu'il se contente de proposer un allégement de l'administration.


« Si nous les laissons aux conseils locaux, ils vont se chamailler jusqu'à la fin des temps. Il est temps que quelqu'un règle l'affaire » À qui pense Tim Coates ? Columbo, Holmes ou Terminator ? Aucun des trois, mais il ne veut rien de moins que réunir entre les mains d'un seul toute la gestion des bibliothèques publiques de Londres.

 

 

Et l'heureux élu serait le nouveau maire de Londres, élu en mai prochain : au choix, le maire sortant conservateur Boris Johnson ou le travailliste Ken Livingstone. L'un comme l'autre « devront faire ce qu'un maire peut et doit faire ».

 

C'est-à-dire, en gros, se passer de tous ces intermédiaires pesants que représentent les autorités locales : la ville Londres est en effet divisée en 33 districts, qui génèrent autant de dépenses inutiles : « Il y a 33 entrepôts différents, 33 responsables différents, c'est une perte totale de temps et d'argent » a expliqué le chef d'entreprise.

 

Tim Coates prend ensuite comme exemple New York, où le service des bibliothèques publiques couvre toute la ville. « Ils sont très au fait de ce dont ils sont responsables » note-t-il, avant de poursuivre son analyse mondiale, notant que la situation à Londres « est en contraste avec d'autres villes à travers le monde qui disposent d'un service de bibliothèques publiques beaucoup plus utile, efficace et innovant ».

 

Il a également déploré que l'« on évoque sans cesse les fermetures » et pas assez « les améliorations possibles ».

 

2011 a été une année noire pour les bibliothèques outre-Manche, avec 32 établissements fermés au total. Et 2012 ne s'annonce guère mieux, y compris pour les structures de prêt de la capitale : « La mise en examen judiciaire censée évaluer les projets du conseil de Surrey sur les bibliothèques de la ville a été reportée. Le projet prévoit de faire gérer dix des 52 bibliothèques de la ville par des bénévoles et va jusqu'à remettre en question l'ouverture des établissements si le nombre de volontaires requis n'est pas atteint. » (voir notre actualitté)