Tollé lors du désherbage de la médiathèque de Carcassonne

Clément Solym - 17.08.2011

Edition - Bibliothèques - benne - livre - carcassonne


À Carcassonne, les habitants s’émeuvent de la mise au rebut des vieux ouvrages qui prenaient la poussière dans les rayonnages de la bibliothèque. Le conservateur ne cède pas : rares ont été les livres jetés, et ils étaient numérisés, obsolètes ou en mauvais état.

 
L’affaire est cependant remontée au député-maire de la ville Alain Tarlier, et au président de l’agglomération de Carcassonne, à travers le président de l’Académie des arts et des sciences locale. Celui-ci était particulièrement vexé de retrouver dans une benne à même la rue, des fonds qu’ils avait donnés à la médiathèque. Il soutient que certains ouvrages jetés n'étaient pas sans valeur, et que même obsolètes ou abîmés, il préférerait les conserver. 
 

 

 

La plupart des livres datent des années 50 ou antérieures. On trouve des ouvrages savants et des revues (Revue des deux mondes, Revue de Paris) dans la benne. 

Accusé d'incompétence, le conservateur responsable se défend : « Ce qui est un véritable scandale, c’est que pendant 30 ans, rien n’a été fait ! ». Selon lui, les seuls livres jetés étaient dépassés, trop abîmés pour être loués, ou numérisés. Il soutient que le tri a été très sélectif. Sur l'ensemble des fonds, 99% ont été conservés. 


Au delà de la véritable utilité ou non de conserver ces livres, une des principales raisons du tollé semble être l’attachement affectif au papier. On peut supposer que le conservateur raisonne en terme d’utilité pour ses usagers et les enseignants, quand les mécontents sont eux attachés pour d’autres raisons aux collections jetées.

Dans tous les cas, les autorités ont promis qu'à l'avenir, elles préviendraient  les associations avant de jeter leurs dons lors des désherbages.

(Via Midilibre)

Addendum: Le conservateur Emmanuel Pidoux serait parti en vacances au moment des faits, ce qui expliquerait le manque de professionnalisme constaté.