Toronto : la dernière librairie francophone va fermer

Nicolas Gary - 18.07.2014

Edition - Librairies - Toronto - francophonie - livres français


Les difficultés financières des librairies francophones, en Ontario, sont connues depuis longtemps. En juin dernier, la plus peuplée des provinces du pays, voyait déjà de lourds nuages bien noirs s'amonceler sur la tête des établissements. Aujourd'hui, on apprend que la Maison de la Presse internationale, va fermer. Il s'agissait de la dernière librairie francophone du territoire. 

 

 

 

Depuis une dizaine d'années, le lieu offrait une large sélection de magazines et de livres en langue française. Mais après la fermeture de la librairie Champlain en 2009, ce dernier îlot de francophonies accueillait des lecteurs férus. Mais la Maison n'avait pas recueilli l'ensemble des clients de l'autre établissement. 

 

« C'est la fin du chemin pour nous », explique Cathy Ola, manager de l'endroit. La clientèle a fini par déserter progressivement les lieux, et les actuels résidants ne sont pas de grands acheteurs de livres, pas plus qu'ils ne fréquentent l'endroit, tout simplement. 

 

Évidemment, les commandes en ligne seront la solution pour les clients fidèles qui souhaitaient lire en français. « Mais dans la commande en ligne, il n'y aura pas d'interaction », insiste Cathy. 

 

Sauf que depuis 10 ans, pas une seule année n'a vu les comptes de la société dans le vert. En outre, le Festival international du film, qui se déroulait à Toronto, a changé de quartier : une réelle perte pour le commerce local.

 

Inquiété, Gilles Levasseur, président de l'association des auteurs de l'Ontario, explique : « D'ici 15 ans, Toronto va être la place où il va y avoir le plus de francophones en Ontario. Par conséquent, il faut aller chercher ce marché maintenant pour être capable de continuer de vendre à ce marché-là. »