medias

Toronto : la seule librairie francophone sur le point de fermer  

Camille Cado - 24.01.2020

Edition - Librairies - librairie francophone Toronto - librairie francophone fermeture - Librairie Mosaïque fermeture


Ouverte depuis 2015, la librairie Mosaïque est la seule librairie francophone de Toronto (Canada), un atout culturel que la plus grande ville du pays pourrait bientôt perdre. Happie Testa, la gérante, a annoncé que la boutique était en danger, en cause notamment, des ventes trop peu nombreuses.
 
La librairie Mosaïque, via Facebook

 
Il y a de cela un an déjà, la librairie Mosaïque avait quitté le centre-ville pour la rue St Clair, au centre-ouest de Toronto à cause des locaux, trop petits et trop coûteux. Mais ce déménagement n'aura pas suffi à assurer les bénéfices de la boutique.

Bien au contraire, la gérante Happie Testa a récemment annoncé que le chiffre d'affaires des ventes de la librairie était trop faible pour maintenir le commerce. « Une petite librairie doit vendre pour 500 000 $ de livres par année pour être rentable. Actuellement, ce n’est pas rentable. Il faudrait que les Torontois achètent au moins deux fois plus » s'alarme-t-elle aux tribunes d'ONFR+

« J’ai investi tout ce que je pouvais. Il y a des limites. Je ne sais pas combien de temps je peux encore continuer. Quelques jours ? Quelques semaines ? » poursuit-elle, doutant même de l'intérêt que peuvent porter les Torontois et les institutions à un tel point de vente. « Est-ce qu’on veut une librairie francophone à Toronto ? Je suis allée à la découverte de la réponse. Peut-être que je refuse de faire face à la réalité. »
 

Un désamour pour la culture francophone ?


Et ce qui n'aide pas, c'est que beaucoup de francophones se tournent aujourd'hui vers l'anglais. « Ce n'est pas seulement qu’on est attaqué par l’anglais. Comme francophone, on doit aussi protéger nos racines et redécouvrir cet amour pour la langue et la culture francophones » explique-t-elle.

Un amour que Happie Testa a, elle, depuis toujours. Francophone et italienne d'origine, elle a grandi à Rome avant de revenir au Canada à l'âge de 18 ans. « Le français était toujours très présent dans notre famille. Puis, je me suis donné pour mission d’aider au développement des langues chez les enfants. En 2011, j’ai ouvert ma première librairie » confie-t-elle. Rappelant qu'une librairie n'est pas un commerce comme les autres, mais « un commerce de culture, dont la mission est beaucoup plus grande. Nous jouons un rôle social », insiste-t-elle.

Pour Happie Testa, le peu d'attractivité de la boutique s'explique notamment par les pratiques des habitants, qui ont changé ces dernières années. Sur la dernière décennie, la ville a en effet été marquée par les fermetures en série des librairies francophones de Toronto, relate le média.

Comme la librairie Champlain en 2009 puis du World’s Biggest Bookstore et de la Maison de la presse en 2014. Les gens se seraient ainsi familiarisés à acheter « ailleurs, à Montréal ou en ligne ». « Ils ont perdu cette habitude d’acheter en français et localement. » Caractérisant même la fermeture de la librairie Champlain de « moment très traumatisant pour la communauté Franco-torontoise. C’est une histoire d’amour qui s’est terminée abruptement. »
 

#Jelisenfrancais
 

Malgré les chiffres inquiétants, la gérante affirme ne pas vouloir faire culpabiliser ses clients. Elle espère en revanche pouvoir « ouvrir un dialogue avec les francophones et francophiles ». « Je souhaite que les gens redécouvrent ce que nous avons ici », que ça soit les collections francophones dans les bibliothèques, le Salon du livre ou sa librairie, souligne-t-elle. 

Pour ce faire, Happie Testa avait même lancé sur Twitter une campagne pour inciter les francophones à emprunter des livres en français dans les bibliothèques début janvier. #Jelisenfrancais entendait s'affirmer comme une réponse à la décision du retrait de près de 26.000 ouvrages francophones des étagères et plateformes de prêts du réseau de bibliothèques publiques de Toronto. 
 

 

Toronto : malgré l’annulation du retrait des
livres en français, les inquiétudes persistent


Si la propriétaire de la Mosaïque ne perd pas espoir, elle assure d'ores et déjà que si la boutique venait à mettre la clé sous la porte, la plateforme en ligne, elle, serait préservée. « Mais une librairie en ligne, ce n’est pas la même chose. On ne rencontre pas les auteurs en ligne ! » ajoute Happie Testa.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.