Torrent, P2P : 227 millions $ de publicités pour les sites pirates

Clément Solym - 20.02.2014

Edition - Economie - sites pirates - revenus publicitaires - liens Torrent


L'étude de la Digital Citizens Alliance vient de jeter un pavé dans la mare : selon ses conclusions, les sites pirates les plus performants généreraient 227 millions $ de revenus publicitaires annuellement. Les principaux sites Torrent auraient les marges bénéficiaires les plus importantes, avec la possibilité de gagner plus de 6 millions $ annuellement. Et sont majoritairement financées par des marques telles que MacDonalds, Xfinity… ou encore Amazon.

 

 

 

  

Tenter de quantifier l'argent gagné par les sociétés qui proposent des liens Torrent ou des fichiers à retrouver sur d'autres sites de P2P n'est pas une mince affaire. Good Money Gone Bad: Digital Thieves and the Hijacking of the Online Ad Business, le nom de l'étude, estime y être parvenu. 

 

Le rapport divise les sites entre 3 catégories : les grosses machines, qui brassent plus de 5 millions $, celles, moyennes, qui accumulent entre 1 et 5 millions $ et les petits joueurs, avec moins de 1 million $. L'ensemble repose sur un calcule simple : des estimations de nombres de pages vues, de pages affichées avec publicité, les PAP, le revenu moyen par page, en CPM (Coût pour Mille). L'ensemble repose donc sur des suppositions, et tout cela est à prendre avec une grande prudence. 

 

Au global, donc, les sites produiraient 227 millions $ de recettes publicitaires annuelles et plus de la moitié des sites va aux 30 plus grands sites, qui réaliseraient plus de 6 millions $. « Même les petits sites peuvent vous permettre de réaliser plus de 100.000 $ par an avec de la publicité », indique le rapport. Notons que les sites de téléchargement direct disposent, en plus des revenus publicitaires potentiels, de solutions qui offrent aux internautes des abonnements, pour arriver à des vitesses de téléchargement plus importantes.

 

Parmi les grands annonceurs présents sur ces sites, on retrouve, outre les trois marques citées en introduction, American Express, Dell, Ford, ainsi que Lego. On les retrouve sur près de 30 % des sites passés en revue par l'étude, « soulignant l'inefficacité des approches actuelles de la protection de la réputation et de la valeur desdites marques ». 

 

Comprendre : la commercialisation par des régies ou divers moyens fait que les marques n'ont pas même conscience de se retrouver sur ces sites, et la société Digital Citizen Alliance souligne que les dommages, à terme, peuvent être importants. « Tout comme les marques ne font pas de publicité sur des sites pornographiques, ou incitant à la haine, elles peuvent prendre des mesures pour s'assurer qu'elles ne sont pas présentes sur des sites aux contenus volés », conclut l'étude.

 

Notons cependant que les liens Torrent ne pointent pas tous vers des fichiers contrefaits, puisque le réseau permet avant tout le partage de documents. En outre, les sites de streaming ne sont ici pas passés en revue, mais les coûts de serveurs doivent être particulièrement importants. Et très peu écologiques, aussi est-il plus intelligent de ne pas y recourir.

 

via Torrent Freak

 

 

  Good Money Gone Bad by torrentfreak