“​​​​​​​Tous les canaux de distribution physiques des biens culturels ont disparu”

Dépêche - 02.11.2020

Edition - Economie - France creative industries - éditeurs libraires auteurs - concurrence Amazon internet


Avec la confirmation dimanche soir 1er novembre par le Premier ministre de la fermeture définitive de 100 % des canaux de distribution physique des biens culturels, contrairement au premier confinement, c’est un nouveau coup terrible pour la culture, autant pour le public, désormais privé de tout accès à des lieux culturels, que pour les auteurs, les compositeurs, les artistes et toutes les industries culturelles.



 
France Creative, regroupement des acteurs de toutes les filières des secteurs culturels et créatifs, prend la parole pour souligner l’urgence de la situation. Car la décision prise est également lourde de conséquences pour toute l’économie française. « Rappelons que les industries créatives françaises représentent 1,4 M d’emplois non délocalisables et pèsent 91,4 Mds € de revenus totaux, soit un poids comparable à celui de l’industrie agro-alimentaire et 1,9 fois plus important que celui de l’industrie automobile », note France Creative. (source : 3ème Panorama des Industries Culturelles et Créatives en France/EY pour France Créative, novembre 2019).
 
Chez nos voisins belges, les librairies ont été classées parmi les commerces essentiels (et les bibliothèques également autorisées à rester ouvertes). Réunis au sein de France Créative, les acteurs de la culture expriment leur incompréhension en constatant que librairies ou disquaires restent ouverts en Suisse, en Allemagne comme en Belgique. Le canton de Genève, par exemple, a décidé de maintenir l'activité des librairies.

« Au moment où la France subit de front l’attaque des islamistes radicaux, l’importance vitale de la culture, comme arme de résistance à l’ignorance et à la haine, et comme âme de notre pays, devrait permettre de reconnaître une spécificité aux commerces culturels », indique France Creative.
 
Contrairement au premier confinement, ceux-ci ont transformé leur agencement pour veiller à la sécurité sanitaire de leurs clients. La sécurité sanitaire des clients est donc encore mieux assurée. Pourtant, alors que lors du premier confinement, les rayons de produits culturels étaient demeurés accessibles dans les grandes surfaces, ils viennent d’être fermés à leur tour.

Tous les canaux de distribution physiques des biens culturels ont ainsi disparu.
 
Les conséquences seront d’autant plus dramatiques pour les libraires et les disquaires et pour les auteurs, les compositeurs, les artistes et tout leur environnement professionnel, éditeurs, producteurs, etc. que cette décision intervient au moment de l’année le plus important pour ces métiers qui réalisent plus d’un tiers de leur chiffre d’affaires en novembre et décembre !

Alors que le théâtre, le cinéma, les spectacles, les concerts ou l’opéra ont désormais disparu, le livre et la musique restaient les seuls produits culturels accessibles. Ce n’est plus le cas. 
 
« Au moment où les Européens, et la France tout particulièrement, dénoncent les abus divers des grandes plateformes internet extra-européennes, cette situation aboutit de fait à offrir pour les prochaines semaines, une position ultra-dominante pour le marché des biens culturels en France à Amazon, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes », reprend l'association.
 
Le Premier ministre a annoncé une révision possible de ces décisions d’ici 10 jours. France Créative formule trois propositions :

• Que les biens culturels puissent être considérés comme des biens essentiels à la population.
• Que les pouvoirs publics travaillent dès à présent aux conditions possibles de réouverture, avec des mesures sanitaires au besoin renforcées, visant à permettre aux libraires, aux disquaires, et aux rayons culturels des grandes surfaces, de rouvrir au plus vite.
• Qu’un dispositif spécifique soit mis en place en urgence, pour généraliser la possibilité de la commande à distance et de livraison sur place, ou à domicile, pour tous les commerces culturels. Ce dispositif illustrerait l’annonce, par le Président de la République le mercredi 28 octobre, invitant les Français à soutenir les commerces de proximité, que « le Gouvernement accompagnera les TPE/PME comme les artisans qui entreprendront des démarches de numérisation ».

Un tel dispositif pourrait s’appuyer sur les moyens du Plan d’Investissement d’Avenir alloués au ministère de la Culture.


illustration : Elionas2 CC 0


Commentaires
Ce que font semblant de ne pas comprendre ces petits commerces, c’est que, nonobstant l’excellence de leur protocole sanitaire, les clients doivent se rendre en boutique.



Qui dit se rendre dit sortie. Dit transports en commun. Dit occasion de tricher et de passer chez des amis.



L’objectif du confinement est de diminuer autant que possible le brassage des populations, et en ce sens il est absolument impératif de laisser les librairies fermées.
Avec cette logique - que je peux comprendre - pourquoi 1 million de chasseurs viennent-ils d'obtenir une dérogation pour aller chasser à loisir quand tout le monde doit rester chez soi? Je vis en milieu rural et je rigole, parce que quand on me dit qu'on risque d'attraper un virus en librairie, j'invite tout le monde à venir voir la réalité de la chasse. Ou pour ceux qui respectent le confinement et ne peuvent se déplacer, de re-re-regarder le sketch des Inconnus. Voilà ceux qui viennent d'avoir une belle dérogation grâce à notre président. Les libraires, non.



Depuis le début de son mandat, le gouvernement a fait davantage pour les chasseur que pour la culture. Ca fait un peu caricatural, mais c'est bien le cas. Les chasseurs sont 1 million, les artistes-auteurs environ 300.000...
Le bénéfice pour la santé de cette fermeture généralisée des petits commerce est en grande partie hypothétique.



Ce qui est en revanche certain est que la survie de nombre de ces entreprises, déjà fragilisées par le premier confinement, est en péril avec toutes les conséquences économiques et les destructions d'emploi que cela implique. Et ce ne sont pas quelques millions de subventions qui vont résoudre le problème, à supposer que l'État puisse continuer à endetter les générations futures. L'opération réussira peut-être mais le malade sera assurément mort.



En Belgique et en Suisse, les librairies ont le droit de continuer de travailler : ces pays sont-ils pour autant irresponsables ou menacés plus que la France d'une explosion de l'épidémie... dont maints chiffres sont d'ailleurs mal présentés, déformés, voire invérifiables ?



Un gouvernement paniqué qui change brutalement de politique en quinze jours (du couvre-feu au confinement) conseillé par des experts dont le jugement ne s'est pas toujours avéré fiable : voilà une réalité incontestable. Au lieu de caqueter en rond dans l'Hexagone, on ferait mieux d’étudier et de suivre continûment ce qui se passe dans des pays mieux organisés, comme la Corée du Sud, Taïwan et le Japon (je laisse la Chine de côté car les chiffres ne sont pas fiables dans cet empire du grand mensonge), là où, visiblement, les autorités arrivent depuis le début de la crise, à en juguler les aspects les plus virulents.
Il est mort en moyenne( et en 2019) 1712 Français par JOUR, soit plus de 7 fois les morts OFFICIELS du virus hier... Les décideurs, semble-t-il, veulent nous interdire de vivre? Car "l'homme ne vit pas seulement de pain"...
Eh oui, on arrive au sublime paradoxe que pour (sur)vivre, il faut arrêter de vivre !

Ce n'est possible que parce que nous sommes gouvernés (sic) par des impuissants, incapables de prendre des décisions. L'actualité nous le confirme tous les jours : la seule chose qu'ils sont capables de faire est de parler (ils agissent en faisant des réunions, principe n°1 de l'incapable).
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.