'Tous les exemplaires vendus de Houellebecq sont des contrefaçons'

Clément Solym - 30.11.2010

Edition - Justice - flammarion - houellebecq - wikipedia


Exclusif : « C'est probablement une incompréhension juridique, ou bien peut-être ne s'intéressent-ils pas à ces questions. Ou alors, ils font semblant de ne pas comprendre... » Ils, ce sont les personnes de Flammarion. Celui qui parle, c'est Florent Gallaire, l'homme qui a décrété que le dernier roman de Houellebecq était sous licence libre. Entretien...

Il vient de recevoir aujourd'hui même la lettre de mise en demeure des avocats de Flammarion lui demandant de supprimer le fichier qu'il a diffusé sur la toile. Il s'agit d'un PDF qui est téléchargeable et porte la mention de la licence d'utilisation de Wikipedia : Creative Commons By SA. « Le problème est très simple : on peut faire ce que l'on veut des articles de l'encyclopédie en ligne, tant que c'est pour un usage privé. Dès lors qu'il y a redistribution, d'une manière ou d'une autre, la licence d'utilisation s'applique », nous explique-t-il par téléphone.

Les licences, toute une vie

Il vient de prendre par ailleurs connaissance d'un article publié dans Le Point, et déplore les propos du professeur agrégé de droit. « C'est une confusion dramatique qu'il opère entre 'libre de droit' et 'licence libre', tout au long de cette interview. La licence libre n'a rien à voir avec l'abandon des droits d'un auteur, c'est tout le contraire ! Les auteurs décident de placer leur oeuvre sous certaines conditions d'utilisation. Une oeuvre libre de droits, n'a elle, pas de droit, justement ! »

C'est d'ailleurs ce côté viral de la licence qui lui permis de faire le cheminement : « Quand on manipule des logiciels dans le monde du Libre toute la journée, les questions de droit et de licence sont omniprésentes. Quand on m'a dit que le roman de Houellebecq contenait des passages de Wikipedia, il m'a fallu une demi-seconde pour penser que l'oeuvre était alors, par effet viral, sous licence Creative Commons. »

Il suffirait de trois fois rien...

Or, quand on lui oppose l'exception de courte citation, il sourit. D'abord, parce que les citations, dans un écrit, cela s'exprime avec une ponctuation particulière. Ce qui n'est pas le cas dans le roman, puisque Houellecq a oublié de citer, entraînant un non-respect des droits moraux des contributeurs. « Mais surtout, il n'y a ici pas de citation, mais une utilisation des textes de Wikipedia. Ainsi, tous les exemplaires aujourd'hui vendus sont des contrefaçons, étant donné que Houellebecq a reconnu les emprunts et l'absence de citation. »

Et pour se mettre en conformité, que faudrait-il faire alors ? « C'est simple : rajouter sur une page les sources utilisées, et indiquer que le livre est sous licence Creative Commons. Rien n'interdit dans la licence de Wikipedia de commercialiser les oeuvres réutilisant du contenu. Simplement, Flamarion ne peut pas le faire.... »

Silence....

« Parce que si c'était le cas, la licence Creative Commons permettrait alors à Gallimard de s'emparer du texte et de le vendre à son tour. »

Diable !


« Cela dit, que l'on ne se trompe pas. Je ne fais absolument pas tout cela pour la gloire ni pour mon blog. C'est idiot de croire cela. Je fais cela, parce que des gens comme Richard Stallman sont allés en procès pour défendre les conditions d'utilisation de licences qu'ils avaient créées. Je me bats pour une certaine idée du libre... »