“Tout ceci m'a dégoûté” : 10 mois avec sursis pour avoir dessiné Tintin

Maxim Simonienko - 29.05.2019

Edition - Justice - tintin contrefaçon reims - pascal somon jugement - tintin pastiche


N'est pas Hergé qui veut. Le verdict concernant l'illustrateur rémois, Pascal Somon, poursuivi par la société Moulinsart pour contrefaçon du personnage de Tintin, est tombé le 28 mai 2019. Le tribunal correctionnel de Reims l’a condamné à dix mois de prison avec sursis pour ses représentations du célèbre reporter, auxquels s'ajoutent 32.000 € de dommages et intérêts.

Alan - pixabay license
 


Un Tintin made in Reims


L'histoire entre Tintin et Pascal Somon a commencé en 1988, avec une affiche directement inspirée du quatrième album des aventures du journaliste : Les Cigares du pharaon. « Au départ, j’ai dessiné Tintin par plaisir », explique l'illustrateur. « Et puis des particuliers ont commencé à me passer des commandes. Je n’aurais sans doute pas dû imprimer des affiches et les vendre. Ceci étant, je n’ai pas fait fortune avec cela. Je ne roule pas en Porsche. »

Surfant sur le succès durable du personnage créé par Hergé, Pascal Somon monte un commerce autour des dessins, signés de sa main, en les vendant sous forme d'originaux et d'affiches imprimées. On peut retrouver quelques-unes de ses illustrations sur le site spécialisé Tintin au pays des pirates.

Ses « Tintin made in Reims » mettent en scène le célèbre reporter dans des situations ne figurant dans aucun des albums connus. On peut notamment voir le rouquin prendre du bon temps en jouant au golf, conduire une moto, poser aux côtés d'une femme... Jusqu'à ce que les problèmes arrivent.
 

Une “ atteinte au voeu d'Hergé ”


Il y a une dizaine d’années, les affiches « Tintin » du Rémois sont découvertes sur les murs de la librairie spécialisée Album, à Paris. Moulinsart, la société anonyme de droit belge chargée de l’exploitation commerciale de l’œuvre d’Hergé, les fait directement décrocher et engage un recours contre leur auteur. L'illustrateur est non seulement accusé de « plagiat », mais, plus encore, de « porter atteinte au vœu d’Hergé » qui refusait que son héros lui survive.

« Il s’agit d’interprétations. J’ajoute des éléments supplémentaires afin qu’il n’y ait aucune confusion possible. En aucun cas, je ne dégrade l’œuvre d’Hergé pour laquelle j’ai beaucoup de respect », se défendait le dessinateur avant son jugement.

Il y a quatre ans, en 2015, la cour d’appel de Reims l’avait déjà condamné à cinq mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l’épreuve pour les mêmes faits. Cela n'a pas empêché l'illustrateur rémois, âgé de 58 ans, de continuer ses dessins. En effet, en 2017, de nouvelles affiches représentant Tintin et portant sa signature sont de nouveau découvertes par Moulinsart chez un antiquaire d’Annecy. 

En conséquence, à la fin du mois d'avril 2019, le parquet avait demandé six mois d’emprisonnement ferme pour contrefaçon en récidive. Le tribunal correctionnel de Reims a été plus clément, en le condamnant à dix mois de prison avec sursis. Contactée, la SA Moulinsart n'a pas souhaité faire de commentaires.

« Cette fois-ci, j’arrête, j’en ai fini avec Tintin », a déclaré le dessinateur, à sa sortie du tribunal, le mardi 28 mai 2019. « Tout ceci m’a dégoûté. Je me retrouve dans la peau d’un gamin de CM2 qui s’est pris un coup de règle sur les doigts. »
 

Pascal Somon avoue ne plus vouloir redessiner Tintin, même après le passage du héros belge dans le domaine public en 2053 : « J’aurai 93 ans et j’en aurai terminé avec le dessin. En revanche, je laisserai les fichiers à ma fille pour qu’elle en tire des affiches. »

via Le Monde



Commentaires
Il n'a pas à se plaindre, il aurait du demander l'autorisation. De plus, si c'est seulement faire revivre une oeuvre, il est pas obligé de les vendre mais clairement il cherche à se faire du blé sur une œuvre qui lui appartient pas. Le tribunal est encore trop clément.
Tout cela est grotesque ! Quand on voit du Somon, on voit tout de suite que ce n'est pas du Hergé. Il est clair que ce sont des parodies, rien de plus. Mais Moulinsart a les moyens de se payer les meilleurs avocats. Encore heureux qu'on ne soit plus au Moyen-Age : Somon aurait sans doute été condamné à être brûlé vif sur un bûcher fait avec ses dessins !
C'est loooooooooooooooooooooooooooooon pour voir tomber une oeuvre dans le domaine public, j'aurais 77 ans (l'age limite Tintin-o-phile) avant de voir du neuf sur Tintin...
Faut arrêter de pleurer. On ne peut pas d'un coté défendre à corps et à cris les droits d'auteur et de l'autre pondre un article dans lequel on fait presque pleurer sur ce pauvre petit dessinateur. Il a été condamné une première et recommence. Il était parfaitement conscient de l'infraction qu'il commettait. De plus, il en faisait commerce sur une longue période, donc vraiment aucune excuse.
Juste qu'il faut vraiment que la SA moulinsart reste à leurs place, ils n'ont pas tout les droits sur Tintin et le personnage Tintin n'appartient pas à Hergé. Il a juste recopier le personnage de l'un de ses amis dessinateur.
Je trouve cela désolant d accusé une personne pour faire revivre en BD Tintin sans arrière pensée au titre commercial.moi même et mon fils sommes des grand fan de Tintin ces beau de voir des créations s faites par Mr somont cela fait revivre l histoire de ce personnage dommage que la société moulinsart ne comprenne pas.honteut pour l amende et pour la prison courage Mr somont.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.