medias

Traducteurs : lutter pour exister, le militantisme quotidien

Nicolas Gary - 17.07.2018

Edition - Société - traduction auteurs livres - traducteurs noms couverture - traduction livres


Avant de partir en vacances, les traducteurs procèdent à une salutaire piqûre de rappel. Et qui servira à n’en point douter aux jurés de prix littéraires qui vont fleurir à la rentrée. Un traducteur est un auteur, et il convient de ne pas les oublier...


Eero facepalmaa

Quelqu'un pour traduire « facepalm » ?
(Tuomas Puikkonen, CC BY 2.0)

 

Dans un courrier à ses membres, l’Association des Traducteurs littéraires de France (ATLF) rappelle qu’une partie de son action est d’œuvrer à la visibilité des traducteurs. « Mais encore ? Eh bien, il suffit d’ouvrir un journal, d’écouter une émission de radio, de consulter un site marchand, parfois même celui d’un éditeur : trop souvent, le nom du traducteur est omis lorsqu’il est question d’un ouvrage traduit. » 

 

Le traducteur devient d’une certaine manière invisible, alors même que, sans lui, l’ouvrage en langue étrangère ne verrait pas le jour dans sa version traduite – Monsieur de La Palice appréciera la nuance...

 

L’article L113-1 du Code de la propriété intellectuelle souligne que « la qualité d’auteur appartient, sauf preuve contraire, à celui ou à ceux sous le nom de qui l’œuvre est divulguée ». Oublier le nom du traducteur revient donc à mépriser l’action par laquelle l’œuvre de l’esprit devient accessible dans une autre langue. 

 

Ce n’est pourtant pas faute, indique l’ATLF, d’avoir « une longue tradition de lettres envoyées aux délinquants, certaines ouvertes ». Pour autant, les réseaux sociaux ont su, depuis quelque temps, aider à mieux faire reconnaître le rôle et l’importance tant du traducteur que de sa reconnaissance. 

 

 


 

 

 

« [P]reuve que cette préoccupation est commune à la profession au-delà des frontières », les associations européennes de traducteurs ont recours aux mêmes solutions, les hashtags, comme #LesTraducteursExistent #namethetranslator, #CitaIlTraduttore ou #citaaltraductor, pour rappeler à l’ordre les esprits négligents. Ou de remercier ceux qui agissent pour le bien commun en citant comme il se doit, les traducteurs. 

 


Et l’ATLF de conclure : « On ajoutera que ces rappels constants sont aussi l’œuvre de tous, adhérents ou pas, qui n’hésitent plus à écrire à un site ou à une rédaction d’émission radiophonique pour signaler l’absence d’un nom. Les réactions sont variées, allant du silence à l’irritation (nous nous sommes vu reprocher de développer un ego comparable à celui des écrivains, les intéressés apprécieront !). »

 

Car au final, ce qui importe le plus est que ces confrontations occasionnelles puissent susciter les échanges. Avec le temps, « certains de ceux qui étaient régulièrement interpellés sont devenus des soutiens fidèles ». 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.