Traductions, cessions, coéditions : l'édition française à l'international

Antoine Oury - 27.06.2019

Edition - Les maisons - imports exports edition - traductions edition 2018 - edition france livres traduits


L'édition, en 2018, a marqué le pas, avec une légère baisse du chiffre d'affaires et des ventes de livres. Les activités liées à la cession de droits et à la traduction, elles, se portent bien. L’activité d’extraduction des maisons d’édition françaises en 2018 est en effet en hausse de 2 % par rapport à 2017, tandis que le nombre de titres traduits en 2018 s’élève à 13.932, contre 12.340 en 2017.

Foire du Livre de Londres 2019
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


À périmètre constant, la hausse du nombre de cessions augmente de 1,6 % entre 2017 et 2018, et celle du nombre de coéditions, à périmètre constant, s'élève de 4,5 % par rapport à 2017. La cession des droits mondiaux concerne plus d'un contrat sur trois, principalement auprès des éditeurs marocains et libanais, ce qui leur permet de proposer le livre dans l'ensemble du bassin arabe. 

La cession simultanée des droits numériques de traduction est stable par rapport à 2017 et représente 20 % de l’ensemble des contrats de cessions négociés, note le rapport du Syndicat national de l'édition.

L'activité de cession de droits représente entre 4 et 6 % du chiffre d’affaires des 160 maisons d’édition ayant répondu à l’enquête du SNE. Le produit des cessions de droits confondues (poche, traductions, club du livre, adaptation audiovisuelle) atteint en 2018 145,4 millions €.

Jeunesse, BD, fiction, trio gagnant à l'export

Les éditeurs étrangers sont particulièrement intéressés par trois catégories de livres, les ouvrages jeunesse, la fiction et les bandes dessinées, qui pèsent pour 72,5 % des cessions de droits. La jeunesse reste leader (29 % du total des cessions), suivie de près, en 2018, par le secteur de la bande dessinée dont le poids a augmenté dans le total des cessions (28,8 % en 2018 contre 24,9 % en 2017), relève le rapport du SNE. 

En 2018, ce sont, au total, presque 8 000 titres qui ont été cédés à des éditeurs étrangers, en jeunesse (3 991 titres) et en bande dessinée (3 968), un volume qui s'explique en partie par les nombreuses séries, en plusieurs tomes, qui génèrent autant de contrats de cession. 

La fiction (2 032 titres cédés) et la non-fiction (SHS, 1 252 titres et Essais, 988 titres) suivent et représentent 31 % du total des cessions de droit, en léger retrait par rapport à 2017 où leur poids représentait 33 % du total. Viennent enfin les livres pratiques, qui comptent pour 6 % du total.

Dans le domaine de la coédition, utilisée pour partager les frais d'une publication entre deux maisons d'édition, la jeunesse domine largement, avec 1726 titres soit 80 % des coéditions, loin devant le livre pratique, la BD et le livre d’art. « Ces coéditions sont principalement conclues avec des pays européens, notamment avec l’Italie et beaucoup l’Espagne, avec des livres coédités en espagnol et en catalan. On peut remarquer le nombre chaque année plus important de coéditions effectuées avec des éditeurs américains (95 en 2017, 105 en 2018) pour un marché réputé difficile à pénétrer », souligne le rapport, qui remarque aussi l'entrée de Taïwan dans le domaine.

La Chine reste le principal marché pour la vente de droits de traduction de livres français, qu’il s’agisse de la jeunesse, des sciences humaines et sociales, du scolaire et de la référence ainsi que des catégories des beaux-livres et livres d’art et des sciences techniques et médicales.



Les marchés italiens et espagnols sont eux aussi particulièrement dynamiques, tandis que des partenaires historiques, comme l'Allemagne, se retrouvent moins présents au classement.

Un nombre de traductions vers le français en hausse

Les éditeurs français traduisent de plus en plus, avec un total de titres traduits en 2018 qui atteint 13.932, contre 12.340 en 2017, soit une hausse de 12,8 %. L’anglais est et reste la langue la plus largement traduite vers le français en 2018 avec 8 833 titres, soit 64% des titres (62% en 2017). Le japonais avec 1 726 titres (12%) et l’allemand avec 801 titres (6%) suivent, devant l'italien et l'espagnol. Ces cinq langues les plus traduites représentent 89 % de l'ensemble des titres traduits.
 
Les romans, la bande dessinée et la littérature jeunesse constituent encore une fois l'essentiel des traductions vers le français, loin devant les biographies. Dans la catégorie des romans et fictions romanesques traduits en français, 76% ont pour langue originelle l’anglais (3248 titres). En ce qui concerne la bande dessinée, 93 % des traductions sont faites à partir du japonais (1487 titres, 56 %) et de l’anglais (947 titres, 36 % du total). Quant à la littérature de jeunesse, 1462 titres viennent de l’anglais, soit près de 77 % du total.

Le chiffre d’affaires Export du livre français à 665,2 M€ est en très faible recul (- 0,3%) par rapport à celui de 2017 (667,1 millions €), et retrouve quasiment le niveau de 2016 (665,9 millions €).






Dossier : Ventes, production, cessions... Les chiffres de l'édition 2018-2019


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.