Traffic : quand la voiture devient une source d'inspiration

Clément Solym - 09.08.2008

Edition - Les maisons - voiture - conduite - comportement


Tom Vanderbilt a son permis de conduire, et s'est toujours servi avec courtoisie de sa voiture. Jusqu'au jour où il a franchi la limite. Et de ce comportement soudainement agressif, il a tiré un livre. Parce que monsieur écrit aussi. Et dans une sorte d'analyse comportementale des gens au volant, il a tiré quelques éléments amusants.

Pour lui, une grande part des soucis que l'on rencontre dans la circulation, c'est l'anonymat dans lequel nous plonge notre véhicule. « Vous pouvez être M. Adorable à la maison et terroriser les gens au bureau », explique-t-il. Ainsi, dans une voiture, notre communication peut varier du coup de klaxon aux gestes les plus évocateurs.

Ainsi, il a constaté que les hommes usent de l'avertisseur pus que les femmes, et que femmes et hommes y ont recours plus souvent à l'encontre d'une femme que d'un homme. « La peur est un facteur primordial : j'ai plutôt tendance à ne pas klaxonner quand c'est une immense Cadillac avec vitres teintées et six personnes à l'intérieur. Mais si c'est une vieille dame qui est dans une Honda... »

Cependant, ces attitudes changent. Du fait de l'augmentation du prix du pétrole. Même s'il baisse quelque peu actuellement. De fait, on prend moins son véhicule, on va moins vite pour économiser. Pour Tom, toutefois, nous ne changerons pas et à moins de nous appuyer sur le mode de fonctionnement des fourmis, qui se déplacent selon des critères très codifiés, et ne communiquent probablement pas avec des klaxons, des aboiements sauvages ou des insultes variées, mais leur trafic ne connaît pas de congestion.