Trahir le gouvernement américain lui coûte ses droits d'auteur

Orianne Vialo - 23.08.2016

Edition - Justice - No Easy Day best-seller - droits auteurs No Easy Day - Matt Bissonnette droits auteur


L’addition est salée pour Matt Bissonnette, un ancien soldat des forces spéciales américaines — Navy SEALs — qui a écrit le best-seller No Easy Day : The Autobiography of a Navy Seal: The Firsthand Account of the Mission That Killed Osama Bin Laden sur l’opération commando qui a conduit à la mort d'Oussama Ben Laden en 2011. Il a été condamné à rembourser la majeure partie de ses droits, à savoir 7 millions $ (6,2 millions €) au gouvernement fédéral. Motif : avoir violé un accord l’engageant à ne pas dévoiler d’informations classées secrètes. 

 

 

Bien qu’il ait publié son ouvrage sous un pseudonyme, Matt Bissonnette avait rapidement été identifié par le gouvernement américain, qui n’avait pas tardé à engager des poursuites à son encontre. Il fut accusé d'avoir avait entaché la réputation des Navy Seals, corps d’élite de la Marine américaine, qui sont normalement tenus au plus grand secret concernant les opérations menées dans l’exercice de leurs fonctions.

 

Durant cette période, l’état-major lui reprochait en effet d’avoir révélé des détails qui auraient pu compromettre l’efficacité de l’unité d’élite, et ce, sans l’aval de sa hiérarchie, expliquait son avocat actuel, Robert D. Luskin. En quatre ans de procédures judiciaires, l’auteur en est venu à débourser plus de 1,4 million $ de frais d’avocats, tant il faisait l’objet d’attaques répétées de la part du gouvernement. 

 

Cependant, les poursuites contre l’écrivain ont été abandonnées le 19 août dernier lorsque l’auteur de No Easy Day a accepté de renoncer à ses droits d’auteur sur le livre, acceptant ainsi un accord à l’amiable avec le Pentagone.

 

L’écrivain maintient cependant que c’est à cause de son premier avocat qu’il se retrouve aujourd’hui dans cette situation, car ce dernier lui aurait affirmé qu’il n’avait pas besoin de soumettre No Easy Day au gouvernement américain avant sa publication. Matt Bissonnette poursuit actuellement ce même avocat, pour obtenir dédommagement de plusieurs millions de dommages et intérêts.

 

Dans un communiqué paru le même jour, l’auteur a avoué reconnaître son erreur et en payer un prix élevé « à la fois personnellement que financièrement ».

 

 « J’ai agi sur les mauvais conseils de mon ancien avocat, mais maintenant je reconnais pleinement que ses conseils étaient erronés. Je suis désolé pour ma faute. Ce fut une grave erreur, et j’exhorte les autres auteurs à ne pas la répéter. Bien que je ne voulais mettre en danger mes anciens collègues, je reconnais maintenant que ne pas demander la révision de ma prépublication aurait pu les mettre eux et leurs familles en danger » conclut-il.

 

Si le remboursement — qui inclut d’une part les droits d’auteurs perçus, ainsi que 100.000 $ de cachets perçus à l’issue de conférences — est approuvé par un juge fédéral d’Alexandria (Virginie, États-Unis), cela marquera la fin à quatre ans d’enquête civile et pénale menée à l’encontre de Matt Bissonnette.

 

(via CBS News)