Traiter le staphylocoque doré avec une potion datée du Xe siècle

Nicolas Gary - 31.03.2015

Edition - International - staphylocoque doré - traitement hôpital - manuscrit ancien


Les remèdes de bonne fame résistent au temps, comme le démontre une opération de crowdfunding. La découverte de remèdes anglo-saxons, dans des manuscrits anciens, laisse croire que l'on avait mis la main sur un tueur de la super-bactérie, qui terrifie les hôpitaux, le SARM. Ou Staphylococcus Aureus Résistant à la Méthicilline.

 

 

 

 

En parcourant les allées de la British Library, certainement à la recherche d'un coin pour bouquiner un roman érotique, un microbiologiste du Centre for Biomolecular Sciences a fait une miraculeuse découverte. Avec l'aide du Dr Christina Lee, experte de la School of English, ils ont recréé une potion datant du Xe siècle, dédiée aux infections pour les yeux. 

 

La recette se trouvait dans le Bald's Leechbook, un livre de médecine daté de la fin du IXe siècle – et un seul manuscrit nous est parvenu. Le Livre de remèdes de Bald recèle donc de choses insolites, et l'une d'entre elles a démontré qu'elle avait des caractéristiques antibiotiques absolument incroyables. 

 

Appliquée sur une peau de souris, présentant une lésion infectée par le SARM, la potion en question a tué 90 % des bactéries contenues dans la plaie. Et les différents ingrédients, individuellement, n'ont évidemment aucune incidence sur le SARM.  

 

Les essais cliniques ont été expérimentés aux États-Unis, et les conclusions intéressent évidemment le monde entier. Le staphylocoque doré est l'une des bestioles microbiennes les plus résistantes au monde, qui coûte des fortunes aux hôpitaux en traitements. On le retrouve dans des endroits particulièrement stérilisés et il émane principalement des grands hôpitaux, où les patients l'attrapent, avant de le transmettre dans des établissements plus petits. 

 

Quant au projet de crowdfunding, il s'appelle Antibiotics from the medieval medicine cabinet, et mérite le déplacement.

 

Certes, le livre est numérisé, mais il EST INUTILE de jouer au petit chimiste chez soi, en reproduisant les potions.