Travail dominical : le texte adopté au Parlement

Clément Solym - 23.07.2009

Edition - Société - travail - dominical - adoption


Cette nuit, le Sénat a adopté la proposition de loi UMP sur le travail dominical, de 165 contre 159. C'est la plus courte majorité obtenue depuis le début de l'année parlementaire. Ce vote étant conforme, c'est-à-dire sans modification du texte envoyé par l'Assemblée nationale, cette adoption est définitive.

Pas étonnant que le vote n'ait pas entraîné l'enthousiasme, quand on sait le scepticisme que la réforme suscitait, y compris dans les rangs de la majorité. Le suspense a été long. UMP et Union centriste étaient loin d'être sûrs d'emporter la majorité.

Ce projet s'est vu recevoir des foudres, tant du côté des parlementaires, que des syndicats, mais aussi des catholiques.

À l'issu du vote, les critiques de l'opposition allaient de bon train. On dénonçait une « parodie de débat », ainsi qu'une « négation du Sénat ». En effet, la centaine d'amendements déposés ont été rejetés.

Pour Odette Terrade (CRC-SPG), citée par l'AFP, cette loi est une « brèche considérable dans notre modèle social » instituant une « culture du supermarché ».

Dans le même sens, Raymonde Le Texier (PS) a estimé que la « première victime de ce texte » idéologique et non technique « sera cette France qui devra désormais se lever tôt aussi le dimanche pour pas cher ».

De son côté, le ministre du Travail, Xavier Darcos, aussi brillant qu'il a pu l'être à l'Éducation nationale, s'est félicité de cette adoption : selon lui ce texte offrira « ainsi à la fois plus de liberté pour les entreprises et les consommateurs, et plus de sécurité pour les salariés ». Rien que ça ?

Il ne vous reste plus qu'à souhaiter ne pas être désigné volontaire pour travailler votre seul jour de repos...