Tristan et Iseult, de l'éternelle histoire d'amour à l'épopée éditoriale

Victor De Sepausy - 12.02.2019

Edition - Les maisons - roman Tristan prose - Tristan Iseult légende - Tristan Table ronde


Chez Anacharsis, on jubile : à compter du mois d’avril, le premier tome d’une vaste entreprise verra le jour. Il s’agit de la traduction d’une version inédite du Roman de Tristan en prose. D’ici à 2023, cinq volumes de six cents pages seront publiés. Rendez-vous le 4 avril prochain, pour en découvrir la première aventure.


Tristan and Isolde par John Duncan - 1912

 
« Un événement éditorial », assure Charles-Henri Lavielle, cofondateur des Éditions Anacharsis. Mais plus encore, un projet qui unit « l’ambition patrimoniale et intellectuelle à une volonté de s’adresser à un large public, en misant sur son intelligence ». Ambitieux, assurément.
 

Une nouvelle épopée... éditoriale


Le roman de Tristan en prose sera pour l’occasion rebaptisée Tristan, ce qui n’enlève rien à sa monumentale écriture – on parlerait aisément d’une Iliade pour les chevaliers de l’époque. Il brosse le tableau d’un idéal chevaleresque, connu dans la matière de Bretagne, puisant aux multiples sources médiévales des récits connus. 

« Mais surtout il se prête, comme il est d’action, à une lecture rapide. Sa force purement divertissante est intacte, et c’est cette “enfance de l’art” qui nous a convaincus de publier ce vaste roman », indique Anarcharsis. 

Pour lui donner une première résonnance contemporaine, chaque tome sera préfacé par un auteur contemporain – Mika Biermann, Céline Minard, Timothée de Fombelle pour les trois premiers opus. 
 

Tu es né dans la tristesse. Je te donnerai un nom rappelant ta première aventure. Je t’appellerai Tristan.



Sans surprise, Tristan fait évidemment sienne la dramatique et superbe légende de Tristan et Iseult. Le neveu de Marc de Cornouailles part en Irlande avec mission de vaincre Morholt, le géant dont la mort libérerait le royaume. À la manière du Minotaure, ce dernier exigeait que 100 vierges lui soient envoyées, sur les terres irlandaises. 

On s’en souvient, Tristan mettra fin à cette barbarie, mais un coup de lance empoisonné le blesse, mettant sa vie en péril. Seule Iseult la blonde est en mesure de le soigner – la fille du roi d’Irlande. Que le roi a promis à Marc, pour sceller une durable entente entre les peuples.
 
L’affaire est entendue : le philtre d’amour, les deux jeunes gens transis, les sentiments impossibles, la relation inavouable... et la fidélité que chacun ressent. Le chevalier, vis-à-vis de son souverain, Iseult, prise par le sens du devoir. Et Marc, au beau milieu, qui finit par tuer les deux amants.
 

Mythologie, cycle arthuréen, légendes...


Sauf que le Tristan ici proposé est allé chercher dans une multitude de sources de quoi proposer des ramifications. Il emprunte aux « traditions littéraires, mythologiques, mythiques, folkloriques » pour broder des centaines d’autres histoires.

En premier lieu, Tristan devient membre des chevaliers de la Table ronde, partant en quête du Graal avec Arhur et les autres. « La fin des chevaliers du Graal concorde avec la mort des deux amants, et, dans cette variante, c’est Tristan qui étouffe Iseult de ses mains, alors qu’il se sait condamné pour avoir reçu un coup de lance dans le dos par le roi Marc. »

Chez Anacharsis, on s’enthousiasme entre autres de « l’efficacité des effets scénaristiques produits par la cadence proprement infernale de l’action ». Ce roman, conçu pour des aristocrates et chevaliers, pas toujours fins lettrés, était découpé comme une série Netflix, à binger, férocement. 

C’est le divertissement, en premier lieu, que recherche le texte de Tristan, allant vers une littérature populaire, tout en puisant chez Sophocle et Œdipe de quoi introduire des ressorts narratifs inédits. 

« Cet ensemble composite, objet de mille variations, est cependant orienté à mesure que progresse le roman. De l’histoire des ancêtres de Tristan puis de ses amours avec Iseult, on glisse vers la Table ronde, les errances de Lancelot et la quête du Graal, jusqu’à un crépuscule final qui met un terme à ce monde mythique », indique l’éditeur. 
 

Une traduction avec un premier tome inédit


Le Tristan en prose fut composé dans le courant du XIIIe siècle et plus de 80 manuscrits en découleront. La Vulgate établie par Philippe Ménard, en neuf tomes, pour les éditions Champion, méritait bien une nouvelle édition. D’autant qu’une partie du texte était restée non traduite – le premier tome qui sera publié en avril. 

La maison s’est appuyée sur un unique manuscrit, conservé à Vienne et estampillé 2537. « C’est une des versions les plus complètes, qui comporte 492 feuillets et dont le commanditaire était le duc Jean de Berry (celui des Riches Heures). Il date du début du xve siècle », précise-t-elle. Évidemment, d’auteur point, difficile de parvenir à les retrouver tous – leurs ayants droit, six siècles plus tard, n’en tiendront pas rigueur. 
 
La traduction a été opérée par Isabelle Degage, Docteur en droit, et tout particulièrement pour le droit médiéval. Sa formation au vieux français, pour les besoins de la matière, l’a conduit à explorer les textes, et se passionner pour cette histoire. D’ailleurs, cette traduction se veut non académique, et à destination d’un large public. 

« Le sens de la langue, le respect d’un certain nombre de tournures idiomatiques, la tonalité d’ensemble de sa traduction font de son travail une œuvre pleine, un livre d’imagination qui offre au lecteur la possibilité d’entrer dans un monde obéissant à ses propres lois, et qui sont celles de la littérature. Isabelle Degage est parvenue à transmettre tout ce qui faisait la vigueur du texte originel, c’est-à-dire sa dimension divertissante. »

Pour s’en convaincre, un extrait a été mis en ligne à cette adresse.

[à paraître 4/04] Anonyme, trad. Isabelle Degage – Tristan – Éditions Anacharsis – 9791092011760 – 20 € 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.