Trois personnes mortes pour avoir suivi l'auteur d'un guide d'autothérapie

Clément Solym - 21.11.2011

Edition - Justice - gourou - pirson - victimes


James Arthur Ray est l'auteur d'ouvrages sur le renforcement de sa personnalité et le bien-être personnel. Il encourt deux peines de trois ans de prison, pour la mort de trois personnes à l'occasion d'une réunion en Arizona. C'est en pleurs qu'il a demandé pardon aux familles des victimes. Mais l'heure n'était manifestement pas aux larmes...


Les familles sont inflexibles : pleurer ne ramènera personne à la vie. Ce qu'elles souhaitent, c'est une justice, et que les responsables soient pleinement reconnus. Selon l'une des mères interrogées, « la peine de prison sera un moyen dissuasif et servira d'avertissement à l'industrie de l'autothérapie ».


C'est à l'occasion d'une étrange séance où les convives étaient invités à se retrouver sous une tente de sudation, pour se purifier, que le drame est survenu. L'auteur James Arthur Ray n'a pas tenu compte de la dangerosité du procédé pour certains des participants, une négligence qui a entraîné leur mort.


Il a pourtant tenté de s'en expliquer, assurant qu'il aurait immédiatement arrêté la cérémonie, s'il avait découvert que certaines personnes étaient en danger.


Mais ses excuses n'ont pas suffi.


« À la fin de la journée, j'ai perdu trois amis », explique-t-il, et « je vais devoir vivre avec mes erreurs pour le reste de ma vie ». Un repentir qui semblait certes sincère, mais le juge n'a pas estimé possible de lui accorder de période de probation. Sur les six années encourues, il ne condamnera James qu'à 600 jours, ce dernier ayant déjà fait 24 jours de prison, depuis son arrestation l'an passé.


Les avocats de l'auteur précisent que leur client compte profiter de cette peine pour apporter de l'aide aux personnes qui sont en prison. Coupable d'homicide involontaire, les familles des victimes s'effraient surtout de l'influence que ce 'gourou' a pu exercer sur les personnes qui l'ont suivi dans cet exercice de transpiration-purification.


Surtout, notent-elles, que les victimes, sorties de la tente, n'ont manifestement pas été secourues à temps, ni transportées assez rapidement à l'hôpital pour y être soignées. Une négligence qui faisait hurler de rage les familles...