Des formules mathématiques dévoilent les meurtriers d'Agatha Christie

Nicolas Gary - 03.08.2015

Edition - International - assassin polars - Agatha Christie - formules mathématiques


Existera-t-il un algorithme permettant de décrypter les intrigues d’Agatha Christie ? L’auteure de polar la plus célèbre au monde a changé des milliers de lecteurs en détective, le temps d’un roman. Des méandres qui intéressent les scientifiques, au point que certains prétendent avoir trouvé la formule secrète pour trouver le criminel par l’analyse lexicale... Oui, le soleil tape dur.

 

Witness for the Prosecution

varla's drive, CC BY NC 2.0

 

 

Mort sur le Nil, Le Crime de l’Orient-Express et 24 autres romans ont été passés au crible par l’équipe que présidait Dominique Jeannerod, à l’Institute for Collaborative Research in the Humanities (université du Queens). Leur analyse est simple : le criminel, chez Christie, apparaît toujours dans la première moitié du livre. Et surtout, il a un lien avec la victime, que de soit par alliance ou par le sang. Bien.

 

Sauf que leurs recherches ont poussé le vice plus loin : selon le langage utilisé, l’arme du meurtre, ou même le type de véhicules conduits dans le livre, nos scientifiques ont trouvé un code secret. Si plusieurs véhicules terrestres sont évoqués dans l’histoire, le tueur est plus susceptible d’être une femme. En revanche, des bateaux, et autres, conduiraient l’assassin à être un homme.

 

Continuons : un étranglement sera plus facilement le fait d’un homme, et si l’intrigue se déroule dans une maison de campagne, 75 % de chance qu’une femme soit à l’œuvre. Bon, Christie avait le sens des réalités, il est rare qu’une femme étrangle un homme... 

 

Chose plus intéressante, d’un point de vue pilologique : le champ lexical est souvent négatif avec des meurtrières. Et c’est par un élément interne, quand les mâles sont démasqués par des éléments de logique ou l’obtention d’informations précises. Brett Jacob, l’un des analystes ayant pris part aux recherches, assure : « Du point de vue du lecteur, le tueur peut être identifié en examinant les caractéristiques clefs associées au roman. »

 

Alors quid des deux grands détectives d’Agatha ? Eh bien, si Hercule Poirot est dans l’affaire, le tueur est mentionné dès le début du livre, mais à condition que le meurtre soit perpétré avec un poignard. En revanche, Miss Marple intervient plus souvent dans des histoires liées à l’argent ou à des affaires de mœurs, et l’assassin ne fera son apparition que plus tardivement. 

 

Dans l’écriture, plus généralement, Christie conserve un récit simple, avec un langage sans choses trop complexes, et avec plusieurs répétitions. Le mot le plus récurrent est d’ailleurs « said ». 

 

Et pour agréger toutes ces informations, les scientifiques ont même établi deux formules mathématiques, permettant, avec une série de données d’arriver aux conclusions les plus implacables. 

 

Qu’on se rassure : les recherches n’ont pas surgi ex nihilo. Elles proviennent d’une série de commémoration et d’hommage, alors que le Royaume-Uni célèbre le 125e anniversaire de la naissance de la romancière. Et cette étude a été menée pour le compte de la chaîne Drama, spécialisée dans le noir et le polar. « Agatha Christie est la romancière la plus vendue de tous les temps [dans le type polar], de sorte que les adaptations de ses livres sont toujours très populaires », précise Adrian Wills, directeur général de la chaîne.

 

« Compte tenu de sa popularité toujours vivace, nous avons voulu connaître la formule de son succès, surtout depuis que le polar est un classique dans le genre du crime. Nous espérons que ses légions de fans dévoués reliront ainsi leurs polars favoris avec une meilleure compréhension sur la manière de décrypter le code », précise-t-il. (via Guardian, Telegraph)


Pour approfondir

Editeur :
Genre :
Total pages :
Traducteur : francoise jamoul
ISBN :

Les tic et les toc de Poirot

de Agatha Christie

Le Meurtre de Roger Ackroyd (1926) : A King's Abbott, on meurt beaucoup - Mr et Mrs Ferrars puis Mr Ackroyd, poignardé chez lui. Trop, c'est trop ! Hercule Poirot prend les choses en mains. Le Dr Sheppard le secondera. Il sait tout ce qui se passe au village et connaît tout le monde. Le Crime du golf (1932) : Lorsque Poirot reçoit une lettre qui s'achève par un post-scriptum désespéré : " Venez, pour l'amour du ciel ! " il n'hésite pas. Flanqué de son ami Hastings, il se précipite à Merlinville, où il apprend que Paul Renauld, l'auteur de la lettre, a été retrouvé, sur le terrain de golf de sa propriété, poignardé. Derrière lui, un bel héritage, des suspects et beaucoup de femmes. Fin détective que ce Poirot ! Dommage qu'il soit susceptible, vaniteux et bourré de manies ! Des tics et des TOC qui le rendent un tantinet ridicule pour les uns et complètement toqué pour les autres. Heureusement, le ridicule ne tue pas !

J'achète ce livre grand format à

J'achète ce livre de poche 8.60 €