Trouver une bibliothèque à Paris ? Mieux vaut ne pas habiter le XVIe arrondissement

Cécile Mazin - 10.02.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèques Paris - capitale habitants - accessibilité prêt livres


L’Atelier Parisien d’Urbanisme a mis en ligne un nouvel outil d’analyse sociologique, passant au crible les 20 arrondissements de la capitale. Il passe ainsi en revue démographie, famille, logement, chômage et insertion, économie, cadre de vie, pour donner un aperçu de la vie parisienne. En 70 chiffres, voici le portrait brossé d’une autre vision de Paris.

 

Médiathèque Françoise Sagan (Paris 10e)

Mediathèque François Sagan Xe arrondissement - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Il s’agit d’un outil statistique, avant tout, censé répondre aux demandes des citoyens « de pouvoir consulter par eux-mêmes les données brutes ». Sur le modèle de la datavisualisation, l’APUR établit ainsi des portraits d’arrondissements. 

 

L’outil sera prochainement complété par un volet social, que la Direction de l’Action Sociale, de l’Enfance et de la Santé de la Ville de Paris est en train de réaliser. Il sera inséré d’ici le mois de juin. 

 

Les arrondissements les plus accessibles

 

Dans la section Cadre de vie, on peut découvrir des données intéressantes sur la présence d’une bibliothèque à moins de 1000 mètres de son domicile. On découvrira que le Xe arrondissement était le mieux loti, avec, en 2014, 100 % de la population qui y avait accès, le plus important de toute la capitale. Un chiffre ex aequo avec le IIIe arrondissement.

 

Toutefois, avec la fermeture programmée de la bibliothèque Château d’eau – contre l’avis des élus –, il se pourrait que le Xe arrondissement perde sa place. « La majorité des membres du conseil municipal du Xème arrondissement gauche, droite et écologiste confondus, a voté plusieurs textes demandant le maintien de la bibliothèque Château d’Eau », apprenait-on début février.

 

Paradoxalement, c’est le XVIe arrondissement qui est le moins attractif, sur cet unique critère, puisque seuls 52 % de la population accèdent à un établissement de proximité. 

 

Les autres arrondissements à conseiller pour investir dans la pierre savante seraient alors le IIe, avec 99,4 %, le Ve avec 98,7 % et le XIXe avec 97,4 % également ex aequo avec le IXe. 

 

Le VIe arrondissement, particulièrement prisé pour son grand nombre de librairies n’a pas non plus à rougir de l’accessibilité aux établissements de prêts : en 2014, 96,1 % de la population de l’arrondissement a accès à une bibliothèque à moins de 1000 m.

 

Bus Moomins - Frankfurt Buchmesse 2014

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Les commerces du livre en relation avec l'accès aux bibliothèques

 

Dans un rapport de mars 2015, portant sur le commerce de la librairie à Paris, l’APUR montrait qu’entre 2011 et 2014, l’évolution était plutôt à la baisse. « La baisse du nombre de librairies s’amplifie par rapport à la période précédente 2007-2011, avec la disparition de 83 librairies (-10 %) », indiquait le rapport

 

Si l’on mesure ces données à l’évolution du nombre de commerces dans les différents arrondissements – parmi lesquels se retrouvent la librairie – une estimation fragile montrerait alors que :

 

Le Xe a connu une croissance des commerces supérieure à la moyenne parisienne. 

Le IIIe a connu une forte croissance

Le XVIe enregistre une baisse supérieure à moyenne parisienne

Le IIe est en très forte croissance

 

Le Ve accuse une forte chute, similaire à celle de la Capitale de même que le VIe – qui conserve malgré tout la Fnac de la rue de Rennes. Ces deux arrondissements ont par ailleurs le plus fort taux de librairies de la capitale. Le Quartier latin avait reçu un soutien tout particulier à travers l’action de la Semaest, afin d’enrayer la régression des librairies, dans le cadre de la campagne Vital’Quartier.

 

Le IXe dispose de la Fnac Saint-Lazare, mais enregistre une chute supérieure à la moyenne de la capitale.

 

« Seize sources statistiques sont exploitées dans leur version la plus récente, parmi lesquelles le recensement Insee mais aussi des sources sur l’économie et le commerce (Pôle emploi, Dads, Sirene, Bdcom), l’habitat (Olap, Chambre des Notaires, Inventaire SRU) et le social (Caf de Paris).

 

Une actualisation des fiches est prévue chaque année, à l’automne, avec des enrichissements qui pourront provenir aussi bien des demandes des partenaires que des apports des études nouvelles de l’Apur. »