Trump dépense 55 000 $ en achat de livres. Le sien.

Orianne Vialo - 24.08.2016

Edition - International - Donald Trump livres - fonds de campagne Trump - Trump Barnes and Noble


Rien ne semble arrêter le magnat de l’immobilier, Donald Trump. En course pour les présidentielles américaines de 2017, le businessman fait beaucoup parler de lui pour ses nombreux dérapages. Il semblerait qu’il ait utilisé ses fonds de campagne, soit 55.000 $ (48.766 €) pour acheter des milliers d’exemplaires… de son propre ouvrage. 

 

 

 

Utiliser l’argent de campagne pour faire gonfler les ventes de son ouvrage n’est pas un scénario qui rebute Donald Trump, bien au contraire. En analysant les données de campagne de Trump fournies à la Commission électorale fédérale (FEC), le Daily Beast, un journal d’information américain créé en 2008, a remarqué une dépense des plus amusantes.

 

Le 10 mai, la campagne de Trump avait signé un chèque de 55.055 $ à Barnes & Nobles. La raison : il aurait acheté plusieurs milliers d’exemplaires de son ouvrage Crippled America: How to Make America Great Again  (paru chez Threshold Editions en 2013) à la chaîne de librairies. Cela représente environ 3500 exemplaires de l’édition cartonnée du livre de Trump, et un peu plus de 5000 exemplaires de son édition de poche. 

 

Les twitts sur le sujet sont plutôt ironiques : 

 

"The Art of the Deal se vend si bien. Ce sont les meilleures ventes. Regardez les ventes de Barnes and Noble en mai. Tellement intéressantes."

 

 

"Il construit une réplique en taille réelle de la Maison Blanche, faite à partir des exemplaires de The Art of the Deal."

 

 

"Il achète "La campagne pour les nuls."

 

 

Des livres distribués à la Convention nationale républicaine de Cleveland

 

Un porte-parole du candidat républicain a expliqué que les livres ont été achetés « dans le cadre de dons que nous avons faits à la convention [la convention nationale républicaine à Cleveland, dans l’Ohio, qui s’est déroulée la semaine du 18 juillet, NdR] ».

 

En juillet dernier, tous les délégués présents à la Convention nationale républicaine à Cleveland ont donc pu rentrer chez eux avec leur exemplaire de l’ouvrage de Trump, ainsi que plusieurs goodies — tasses, tee-shirts, mouchoirs, chapeaux — à l’effigie du candidat. 

 

D'après la commission électorale fédérale — l’agence réglementaire indépendante des États-Unis, chargée d’administrer et de faire appliquer la loi sur le financement des élections fédérales dans le pays — la tactique employée par Trump peut être considérée comme illégale. 

 

Selon Paul Ryan, membre de la Campaign Legal Center — un centre milite pour une application stricte des lois de finances des campagnes aux États-Unis —, Trump devrait renoncer à recevoir ses redevances sur les ventes des livres achetés dans le cadre de la campagne. Dans le cas contraire, la transaction pourrait être considérée comme illégale, en vertu des règles de la Commission électorale fédérale.

 

« C’est bien que le livre d’un candidat soit acheté par son parti, mais il est inadmissible de recevoir des redevances de l’éditeur [pour ce type de transaction, NdR] » estime Paul Ryan. « Cela revient à un détournement illégal des fonds de campagne pour un usage personnel » poursuit-il.