Trump imposera des taxes douanières à la Chine dès le 1er septembre

Clément Solym - 05.08.2019

Edition - Economie - Donald Trump - droits douanes Chine - éditeurs taxe


Les menaces de Donald Trump n’ont pas l’air d’effrayer la Chine, mais terrorisent bien les acteurs économiques américains. Le président des États-Unis vient de renouveler ses projets d’appliquer des droits de douane de 10 % sur les marchandises importées de l’Empire du Soleil levant. Pour rapporter près de 300 milliards $. Mais à quel coût !

Donald Trump
Matt Johnson, CC BY 2.0
 

Lors de la première salve des invectives trumpiennes, c’est l’édition jeunesse américaine qui s’était étranglée : considérant que la plupart des ouvrages sont fabriqués en Chine, les éditeurs seraient directement concernés par la taxation. Une tentative de médiation avait eu lieu, avant que le sujet ne retombe comme un soufflet.

Peu de temps plus tard, alors que le G20 pointait le bout de son nez, un autre secteur de l’édition américaine tentait de se faire entendre.

En effet, les éditeurs de Bible — et du secteur religieux plus largement, très en vogue ces derniers mois — allaient être pris à la gorge. À l’instar des éditeurs jeunesse, les bibles sont produites sur le sol chinois, et seraient de même soumises à la taxe sur les importations.
 

Nouvelle salve et tentative d'intimidation


Pour la troisième fois, Trump menace donc la Chine, mais cette fois avec des dates plus précises : les taxes douanières seraient instaurées à compter du 1er septembre. Elles interviennent comme des représailles à deux sujets très sensibles pour le POTUS : d’abord, le fait que la Chine n’achète pas assez de matériel agricole aux États-Unis. Ensuite, la déferlante de Fentanyl, drogue meurtrière, sur le territoire, qu’il impute aux Chinois. 

Beijing s’était engagé à empêcher l’exportation, mais n’aurait donc pas rempli sa part du contrat, estime Trump. 

Une fois encore, les livres seront concernés par la mesure, qui prend place un mois après que Trump a suspendu son projet de taxer à la hauteur de 25 % les produits importés de Chine. Les deux pays ayant repris leurs négociations, les menaces présidentielles étaient donc retirées. 

Nouveau coup de bluff ? L'angoisse est en tout cas que les consommateurs finissent par payer l'addition, et non la Chine... Le pays produit en effet 42 % des vêtements et 69 % des chaussures vendues aux USA. Pour les investisseurs, la hausse des prix de vente au détail semble inéluctable. 

via Reuters


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.