Trump, président plus effrayant que ses romans, estime Stephen King

Heulard Mégane - 17.07.2019

Edition - Société - Stephen King - Donald trump - Dead Zone


Stephen King, le célèbre maître de l’horreur, n’a jamais caché sa farouche opposition aux idées politiques du président américain Donald Trump, en particulier sur les réseaux sociaux. Ses messages, parfois virulents, l’ont amené à être bloqué sur Twitter par le président. À la question posée par NowThis, estime-t-il que la présidence de Trump soit plus effrayante que l’un de ses propres romans, King répond « oui je le pense ».
 
Spencer Means, CC BY SA 2.0
 

La semaine dernière, Stephen King a été interviewé par NowThis, et ces derniers ont relevé des similitudes entre le roman de King Dead Zone sorti en 1979 (publié chez JC Lattès,1983, trad. Richard Matas) et la campagne présidentielle de Donald Trump. Ce qui les amener à déclarer que King « avait prédit », à l’instar de son personnage Johnny Smith, la présidence de Trump il y a 40 ans. 

Le roman de King introduit Greg Stillson, un homme d’affaires au caractère violent qui se lance dans la politique et n’hésite pas à recourir à des méthodes moralement douteuses pour arriver à ses fins. Parallèlement, Johnny Smith tombe dans le coma suite à un accident. 
 

Quand il reprend conscience, il se découvre des pouvoirs psychiques. Johnny a une vision apocalyptique de l’avenir où Stillson, lors d’un meeting où il lui serre la main, devenu président des États-Unis, déclenche une frappe nucléaire préventive contre la Russie, et donc un holocauste nucléaire. Il va tout faire pour l’en empêcher. 

En 1983, une adaptation assez fidèle réalisée par David Cronenberg et également appelée Dead Zone a été tirée du roman. Christopher Walken y joue le rôle de Johnny Smith et Martin Sheen celui de Greg Stillson.

La réalité plus effrayante que la fiction 

Stephen King développe : « J’étais en quelque sorte convaincu qu’il était possible qu’un politicien outsider se présente et qu’il soit tellement disposé à dire n’importe quoi qu’il pourrait capter l’imagination du peuple américain  ».

Il poursuit : « Je ne pense pas que j’ai prédit nécessairement Donald Trump lorsque j’ai écrit The Dead Zone. Je sais que les électeurs américains ont toujours eu un réel attrait pour les outsiders qui ont ce genre de politique de droite, l’Amérique d’abord... ».

L’auteur conclut : « Et si cela rappelle Trump aux gens, je ne peux pas en être désolé, car c’est un personnage que j’ai écrit. C’était un de mes croque-mitaines et je n’ai jamais voulu le voir sur la scène politique américaine, mais il semble bien que nous ayons un Greg Stillson comme président des États-Unis. »
 
Découvez l’interview entière si dessous : 


 

Voici le résumé de Dead Zone
 

Greg Stillson, candidat à la Maison-Blanche, est un fou criminel, grand admirateur d’Hitler et d’autres maniaques de l’extermination. Quand il sera élu, ce sera l’Apocalypse. Un seul homme le sait : John Smith, car il est doué d’un étrange pouvoir qui lui attire pas mal d’ennuis, il devine l’avenir. Il n’y a rien de réjouissant à cela. Il peut prévoir les accidents, les catastrophes, les hécatombes. On ne le croit pas, ou alors on le croit trop. John Smith n’a encore rien dit de ses prémonitions. Pourtant, le candidat à la présidence des États-Unis est un dément. Que fera John Smith pour son pays ?




Retrouvez tous nos articles sur Stephen King. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.