Turquie : Ahmet et Mehmet Altan remis en liberté

Antoine Oury - 05.11.2019

Edition - Justice - Ahmet Altan - Mehmet Altan - turquie auteurs prison


Ce lundi 4 novembre, un tribunal turc a ordonné la remise en liberté sous contrôle judiciaire de l'écrivain et journaliste Ahmet Altan, ainsi que l'acquittement de son frère, Mehmet Altan, également journaliste. Auteur de Je ne reverrai plus le monde, publié en France par Actes Sud dans une traduction de Julien Lapeyre de Cabanes, Ahmet Altan a toutefois été condamné à dix ans et demi de prison.




Un tribunal turc a prononcé ce lundi 4 novembre plusieurs jugements qui laissent un goût amer aux principaux intéressés et à leurs soutiens. Ahmet Altan, journaliste et auteur arrêté et emprisonné dès 2016, après le coup d'État manqué en Turquie, a ainsi été condamné à dix ans et demi de prison pour « avoir aidé un groupe terroriste ». Altan a été remis en liberté, sous contrôle judiciaire, après trois années passées en prison.

L'auteur turc revient de loin, puisqu'il avait été condamné à la prison à vie par un autre tribunal, un jugement cassé par la Cour suprême turque en juillet dernier. Mais l'accusation d'aide à une organisation terroriste persiste, aide qu'Altan aurait apportée en intervenant à la télévision, la veille du coup d'État, pour faire passer des « messages subliminaux », rapporte l'AFP.

Altan se trouvait ce soir-là avec Nazli Ilicak, journaliste et auteure, elle aussi invitée à s'exprimer à la télévision. Jugée pour les mêmes motifs, elle a été condamnée à huit ans et neuf mois de prison, et remise en liberté sous contrôle judiciaire, eut égard au séjour prolongé qu'elle a aussi effectué dans les geôles turques.

Seul le frère d'Ahmet Altan, Mehmet Altan, a été acquitté par le tribunal turc, ce lundi, et lavé de toutes les accusations à son encontre.

Pour son frère et Nazli Ilicak, âgé respectivement de 69 et 74, un nouvel épisode judiciaire se prépare, avec la mise en place d'une défense pour les disculper des nouveaux chefs d'accusation.
 
En juillet dernier, la Cour suprême avait conclu qu’Ahmet Altan et Nazli Ilicak n’avaient pas commis l’infraction de « violation de la Constitution » et n’avait retenu contre eux que celle d’« aide à un groupe terroriste sans être membre ».

Depuis le coup d'État manqué de 2016, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a mené une vive répression, conduisant à l'emprisonnement de milliers d'opposants, pour le motif de terrorisme ou de participation à une opération terroriste.

mise à jour 19 h 20 : 

« Ils essaient de faire en sorte que les intellectuels évitent de poser des questions. Nous allons les interroger. Nous avons vu ce qu’est la prison. Si nécessaire, nous y retournerons. Ils doivent revenir à l’État de droit. Nous n’avons pas peur », déclarait Ahmet Altan hier soir, après 1138 jours derrière les barreaux.

Son éditeur français, Actes Sud, salue cette grande nouvelle, et le retournement judiciaire auquel nous avons alors assisté. « Je peux écrire n’importe où, le bruit et l’agitation ne m’ont jamais dérangé. D’ailleurs, une fois que je suis plongé dans l’écriture, tout ce qui m’entoure disparaît. Je romps le contact avec le monde extérieur et m’enferme dans une pièce invisible où personne ne peut entrer que moi.

J’oublie absolument tout en dehors du sujet qui m’occupe. L’une des plus grandes libertés qui puissent être accordées à l’homme : oublier. Prison, cellule, murs, portes, verrous, questions, hommes — tout et tous s’effacent au seuil de cette frontière qu’il leur est strictement défendu de franchir
 », écrivait Ahmet Altan dans son recueil de textes publiés chez Actes Sud.
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.