Turquie : dix éditeurs rappellent la liberté d'expression à Erdogan

Nicolas Gary - 20.08.2016

Edition - International - Turquie liberté expression - éditeurs Erdogan autorités - Asli Erdogan arrestation


La situation en Turquie préoccupe l’ensemble de la profession. Alors que l’on ignorait encore le sort de l’auteure Asli Erdogan, arrêtée à son domicile, dix patrons de groupes éditoriaux condamnaient les exactions du régime turc. On sait que 29 maisons d’édition ont été contraintes de fermer leurs portes, signe de la purge en cours, après le coup d’État manqué du 15 juillet. Mais appeler le président Tayyip Erdogan à protéger la liberté d’expression a-t-il encore un sens ?

 

Turquie - Frankfurt Buchmesse 2015

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

Ce sont les dix représentants des structures de l’édition qui sont probablement les plus symboliques que l'on retrouve ici. Chacun se déclare « profondément préoccupé » suite à la publication d’un décret ayant conduit 29 éditeurs à cesser leur activité. Selon les autorités, il s’agissait « de mesures nécessaires en raison de l’état d’urgence et des régulations relatives aux institutions ». Mais personne n’est dupe.

 

Ainsi, les dix représentants, membres du PEN International Publishers Circle, ont choisi de signer un appel demandant à la Turquie de faire cesser les exactions, « et de ne pas utiliser l’état d’urgence pour restreindre le droit à la liberté d’expression et de veiller à ce que les écrivains et les éditeurs soient en mesure d’exercer librement leur activité ». Les signataires sont les suivants : 

 

Per Almgren – Natur & Kultur

Jonathan Beck – CH Beck

Markus Dohle – Penguin Random House

Tom Harald Jenssen – Cappelen Damm

Jonathan Landgrebe – Suhrkamp

Arnaud Nourry, Ronald Blunden – Hachette

Carolyn Reidy – Simon & Schuster

Håkan Rudels – Bonnier Books

Iris Tupholme – HarperCollins Canada

Eric Visser – World Editions/De Geus

 

 

Le PEN International Publishers Circle est un groupe de travail réunissant des éditeurs autour du soutien et de la promotion de la liberté d’expression pour chacun. Il s’appuie notamment sur l’article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme pour sa mission.

 

1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.

2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

 

 

Jennifer Clement, présidente du PEN International, association d’auteur, souligne que son organisation est de plus en plus « alarmée par les récents événements en Turquie, autant que le sont les Publishers Circle, qui ont fait cette déclaration à l’attention de leurs collègues turcs. Nous espérons que bien d’autres maisons s’engageront ». 

 

Arrestation d’Asli Erdogan, « une chasse aux sorcières »

 

 

« Selon nos confrères de l’Association des éditeurs turcs, la fermeture des maisons d’édition “représente un risque de violation des droits de l’homme, de mise à mal de la liberté de pensée et d’expression, mais aussi des pertes morales et financières irremplaçables”. Tout en reconnaissant le droit des autorités turques à enquêter et poursuivre les responsables du coup d’État manqué, le PEN International Publishers Circle appelle les autorités turques à ne pas restreindre la liberté d’expression », peut-on lire dans leur déclaration commune.

 

 

Il est toujours possible, si l’on est éditeur, d’ajouter sa voix en faisant parvenir un simple email à l’adresse suivante : james.tennant@pen-international.org. La déclaration est ici.

 

Cette intervention, survenue quelques heures avant que l’on ne découvre l’interpellation de la romancière Alis Erdogan, confirmait de toute manière la vague d’inquiétude que nourrissent les professionnels de l’édition à travers le monde. 

 

« Nous espérons que le principe constitutionnel de l’innocence jusqu’à preuve de la culpabilité sera garanti, que la loi et les règles démocratiques seront respectées et que toute action qui puisse brimer la liberté de pensée et d’expression, la liberté de publier et le droit à l’information sera évitée », assure de son côté l’association des éditeurs turcs.

 

Dans le vacarme des purges, difficile de se faire entendre...

 

Plus d'information sur la censure d'Erdogan et le coup d'Etat en Turquie