Turquie : L'Alliance des éditeurs indépendants appelle à la liberté d’expression et d’édition

Cécile Mazin - 22.08.2016

Edition - International - Turquie liberté expression - alliance éditeurs indépendants - liberté édition censure


Faisant suite aux multiples réactions qui ont suivi la vague de répression orchestrée par le président turc, L’Alliance internationale des éditeurs indépendants vient de faire part de son plein soutien et condamne les purges qui frappent actuellement le pays. L’Alliance évoque « une véritable violation des droits de l’Homme » et appelle le pays à respecter la liberté d’expression et d’édition.

 

Recep Tayyip Erdogan

Global Panorama, CC BY SA 2.0

 

 

L’Alliance internationale des éditeurs indépendants, association réunissant 400 maisons d’édition indépendantes de 46 pays à travers le monde, « appelle les autorités turques à libérer immédiatement les éditeurs, mais aussi les auteurs et journalistes, actuellement détenus. Il est nécessaire que la liberté d’expression et d’édition en Turquie soit garantie.

 

Se joignant à l’Association des éditeurs turcs, l’Alliance condamne la fermeture sommaire de maisons d’édition et de médias, qui constitue une véritable violation des droits de l’homme, et demande aux autorités turques d’annuler ces fermetures », peut-on lire dans un communiqué diffusé ce jour.

 

« Nous espérons que le principe constitutionnel de l’innocence jusqu’à preuve de la culpabilité sera garanti, que la loi et les règles démocratiques seront respectées et que toute action qui puisse brimer la liberté de pensée et d’expression, la liberté de publier et le droit à l’information sera évitée », avait commenté l’association des éditeurs turcs.

 

Suite au coup d’Etat survenu dans la nuit du 15 au 16 juillet, le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan (en photo) a immédiatement enclenché un état d’urgence, conduisant à de multiples emprisonnements. Début août, on apprenait par ailleurs qu’un décret, daté du 27 juillet, avait ordonné la fermeture de 29 maisons d’édition

 

Le Pen international publishers circle avait vivement condamné cet acte. « Tout en reconnaissant le droit des autorités turques à enquêter et poursuivre les responsables du coup d’État manqué, [nous appelons] les autorités turques à ne pas restreindre la liberté d’expression »

 

« Le coup d’État a instauré une menace grave pour l’État turc, mais la fermeture des maisons d’édition, accompagnée de licenciements massifs, de détentions, d’arrestations, et les allégations de torture auront un impact grave sur la démocratie », souligne Jo Glanville, directrice du PEN UK.

 

Parmi les arrestations les plus médiatisées, celle de l'auteure Asli Erdogan, très critique à l'égard du gouvernement turc, et qui se trouve aujourd'hui incarcérée dans la prison stambouliote pour femmes, Barkirkö.

 

Plus d'information sur la censure d'Erdogan et le coup d'Etat en Turquie