medias

Turquie : l'éditeur Ragip Zarakolu visé par un mandat d'arrêt international

Antoine Oury - 11.09.2018

Edition - International - Ragip Zarakolu éditeur - Ragip Zarakolu Turquie - Turquie liberté expression


Les autorités turques poursuivent leur croisade contre la liberté d'expression : l'éditeur d'origine turque Ragip Zarakolu, réfugié en Suède depuis 2013 et une autre menace d'arrestation, a été jugé coupable de faits remontant à 2011. Et une cour pénale d'Istanbul a associé son nom à une « notice rouge », ou un mandat d'arrêt international, qu'elle espère faire diffuser par Interpol.


Ragip Zarakolu (Crédit : PEN)

 

Ragip Zarakolu a été reconnu coupable de terrorisme à l'issue d'une audience qui s'est déroulée au sein de la 3e Haute Cour pénale d'Istanbul, en juin dernier. Les faits remontent à 2011, lorsque Zarakolu avait prononcé un discours lors d'un congrès du Parti de la paix et de la démocratie (Barış ve Demokrasi Partisi, ou BDP), lequel militait pour les droits des minorités kurdes.

 

Sous Erdogan, toute sympathie affichée pour les minorités kurdes équivaut à une accusation de terrorisme : malgré les années et son exil, Ragip Zarakolu n'a pas échappé à un procès, qui l'a reconnu coupable. La cour a également publié une notice rouge, qui équivaut à un mandat d'arrêt international, avec l'intention de le faire diffuser par Interpol pour obtenir l'extradition de l'éditeur vers la Turquie.

 

Ragip Zarakolu, qui dirige la maison d'édition Belge, avait déjà été emprisonné en 2012, avant de s'exiler en Suède à partie de 2013.

 

« Il est évident que mon engagement pour la défense continue des droits de l’homme, des droits des minorités, de la liberté d’expression et de la paix, ainsi que mes opinions et de mes articles, ont perturbé certains. Ils peuvent être perturbés. Je vais aller de l'avant », a annoncé Ragip Zarakolu en réaction à l'émission du mandat d'arrêt. L'éditeur envisage plusieurs démarches pour faire annuler la notice rouge, d'ici la nouvelle audience du 28 septembre prochain.

 

“Certains écrivains sont embastillés pour des
raisons effarantes” (Emmanuel Pierrat)

 

Pour le moment, il semblerait qu'Interpol n'ait pas validé la notice rouge. Néanmoins, la situation est préoccupante : « Même si la situation très délicate des éditeurs turcs en Turquie est bien connue, il semble que ce niveau de harcèlement ne soit pas suffisant pour le gouvernement turc. L’abus répété de mécanismes internationaux tels que la notice rouge d’Interpol devrait être condamné par la communauté internationale », souligne Kristenn Einarsson, à la tête du comité Liberté de publier de l'Union internationale des éditeurs.



via Asbarez




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.