Turquie : la justice décide de libérer Asli Erdogan et Necmiye Alpay (MàJ)

Cécile Mazin - 23.11.2016

Edition - International - Asli Erdogan Turquie - prison Necmiye Alpay - auteurs terrorisme justice


MàJ : Les rapports n'étaient finalement pas contradictoires. Un premier tribunal a bien ordonné en début d’après-midi la libération de la romancière et de la traductrice, ce 23 novembre. Mais quelques heures plus tard à peine, un autre tribunal a déniché un chef d’inculpation pour empêcher cette libération. Les deux femmes sont donc restées en prison, en dépit du bon sens, toujours accusées de « intelligence avec organisation terroriste ». 

 

L’avocat d’Asli Erdogan a confirmé le maintien de sa détention dans la prison pour femmes de Bakirkoy (banlieue d’Istanbul). Elle risque toujours, pour avoir prétendument appartenu au groupe de résistance, le PKK, la prison à perpétuité. Il semble que ni l'une ni l'autre n'ait été informée de cette tentative ratée pour obtenir leur libération.

 

 

 

 

----

 

Même muselée, ou sévèrement censurée, la presse turque exulte : Asli Erdogan est libérée. Faut-il – peut-on ? – y voir le signe de la mobilisation internationale que sa détention a occasionnée ? Toujours est-il qu’après 97 jours de calvaire, l’auteure est libérée. Et avec elle la traductrice Necmiye Alpay, après 85 jours de détention – et le jour de son 70e anniversaire.

 

Asli Erdogan

 

 

Les pétitions, les tribunes, les lettres ouvertes s’étaient multipliées au cours des dernières semaines pour demander aux gouvernements et politiques d’agir, de faire pression sur la Turquie. 

 

Nous nous élevons contre l’état d’urgence et toutes ses mesures antidémocratiques. Nous voulons que soit reconnue notre liberté de pensée et d’expression. Le travail d’un éditeur est de faire circuler les idées et les rêves ; nous voulons pouvoir faire notre travail sans subir l’oppression, les menaces et le danger. Et en dépit de l’oppression, nous déclarons : nous sommes toujours une maison d’édition ; nous ne cessons pas le travail ! Nous faisons appel à la solidarité ! Les éditions Evrensel (Turquie)

 

Emprisonnées depuis le 19 août pour Asli Erdogan et le 31 août pour Necmiye Alpay, les deux femmes étaient accusées d’association avec une organisation terroriste. Par là même, elles auraient agi pour tenter de briser l’unité de l’État turc, mais également avoir activement pris part à des actions visant à perturber le pays. Mais également d’avoir diffusé de la propagande terroriste. 

 

Malgré les objections de l’accusation, le tribunal turc a donc fini par céder aux demandes de libération conditionnelle, alors qu'il avait été requis une peine de prison à perpétuité contre Asli Erdogan.

 

[Necmyie Alpay] nie toutes les accusations portées contre elle. Son emprisonnement a une motivation politique. Nous pensons qu’elle est détenue uniquement pour avoir exercé de façon pacifique son droit à la liberté d’expression. La liberté d’expression est un droit humain universel dont doit jouir tout individu, indispensable à un climat culturel florissant dans n’importe quel pays. CEATL

 

Reste que l’audition pour le procès aura lieu le 29 décembre, ce qui ne libère pas totalement les deux femmes. 

 

 

Necmiye Alpay

 

 

 

Plus d'information sur la censure d'Erdogan et le coup d'Etat en Turquie.