Turquie : lancé sur internet, un livre fait de la cyber-dissidence

Clément Solym - 01.04.2011

Edition - Société - censure - livre - imam


Existe-t-il des réseaux d'influence entre le pouvoir politique et les institutions religieuses, plus particulièrement la communauté de Fetuhllah Gülen ? Cette thse défendue dans un ouvrage turc vient et condamné par le pouvoir en place, a trouvé par internet, un salut.

C'est par Twitter que le buzz est arrivé, explique le journal Radikal, cité par l'AFP. L'ouvrage en question, écrit par Ahmet Sik, journaliste aujourd'hui incarcéré depuis le mois de mars - et accessoirement accusé de complot contre le gouvernement - s'est donc retrouvé sur internet, où les lecteurs ont pu le télécharger à coeur joie.

L'armée de l'imam n'a d'ailleurs jamais vu l'ombre d'une librairie, puisque son éditeur a vu le stock entièrement saisi par les autorités. La justice a par la suite demandé la destruction complète de l'ensemble des exemplaires. Mieux, rapporte l'AFP, « ceux qui en détiennent une copie et refusent de la livrer aux autorités seront poursuivis pour avoir aidé l’organisation terroriste Ergenekon », précisait l'arrêt de la cour.

Mais l'éditeur se félicite de cette mise en place sur le net. « S'il n'avait pas été interdit, le livre aurait vendu 10.000 exemplaires. Maintenant qu'il est interdit, les ventes atteindront 100.000 exemplaires. »

D'autre part, plusieurs journalistes et éditorialistes qui ont lu l'ouvrage ne se sentent en rien embrigadés dans un mouvement terroriste contre l'État. Dans le pays, près de 400 journalistes sont accusés d'appartenance à un réseau terroriste présumé, répondant au nom d'Ergenekon, fomentant une révolte dans le pays.

La police a perquisitionné et fouillé en profondeur les locaux de la maison d'édition, mercredi et jeudi dans la soirée. Mais manifestement, toute trace de la version numérique, de l'ouvrage a été complètement détruite.

A l'annonce de la diffusion de ce livre sur Internet, plusieurs journaux quotidiens ont applaudi, saluant la cyberdésobéissance et l'impossiblilté de censurer internet, qui coupe court à toutes les interdictions.