Turquie : le gouvernement a retiré 140.000 livres des bibliothèques

Antoine Oury - 11.12.2017

Edition - Bibliothèques - livres bibliothèques Turquie - bibliothèques Turquie - livres Erdogan


En Turquie, la liberté d'expression semble plus malmenée que jamais, plusieurs mois après le coup d'État manqué de la mi-2016 qui a relancé le gouvernement d'Erdogan dans une purge politique visant l'opposition. Depuis le mois de juin 2016, 140.000 livres auraient été retirés des collections de 1142 bibliothèques, puis détruits, au motif qu'ils feraient la promotion des idées de Fethullah Gülen, principal opposant de Recep Tayyip Erdogan.


Bibliothèque de l'Institut du monde arabe
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


 

Depuis le mois de juin 2016 et un coup d'État militaire manqué contre Erdogan, le président turc multiplie les arrestations et intimidations à l'encontre de ses opposants. Les dernières victimes en date sont les bibliothèques du pays : en réponse à une question parlementaire, le ministre de la Culture turc Numan Kurtulmuş a révélé que 140.000 livres avaient été retirés des établissements de prêt depuis le mois de juin 2016.

 

« Les publications sur le mouvement Gülen [aussi appelé FETÖ par le gouvernement turc] et Fethullah Gülen, ainsi que celles de maisons d'édition fermées par décret du gouvernement, présentes dans les 1142 bibliothèques placées sous notre juridiction, ont été retirées d'urgence », a indiqué Kurtulmuş en réponse à une question d'Ömer Fethi Gürer, député du Parti républicain du peuple, dans l'opposition.

 

Pour être exact, 139.141 titres feraient actuellement l'objet d'une enquête, a précisé le ministre de la Culture turc. Parmi ces derniers, assure Deutsche Welle, des ouvrages de Baruch Spinoza, Albert Camus ou Louis Althusser, tous accusés d'avoir fait parti d'organisations terroristes...

 

La Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA) s'est déclarée très préoccupée par ces retraits d'ouvrages des bibliothèques du pays.

 

Les soupçons de soutien à Gülen, exilé aux États-Unis, s'apparentent à un véritable crime, en Turquie : le gouvernement aurait même fait retirer un manuel de mathématiques dans lequel un problème évoquait « un point F » et « un point G », pensant avoir affaire à une référence déguisée à l'intellectuel turc, autrefois soutien d'Erdogan, mais opposé à sa politique depuis 2010.

 

Le gouvernement turc attribue aux fidèles de l'opposant politique Fethullah Gülen le coup d'État raté de juin 2016, et menace les activités de différents groupes, notamment des éditeurs, en les accusant d'apporter un soutien financier à l'Organisation Terroriste Guleniste (FETO), rattachée par le gouvernement à Fethullah Gülen. 

 

Édition : quelle liberté d'expression en Turquie
devant la répression d'Erdogan ?

 

Récemment, c'est le mécène et éditeur Osman Kavala, fondateur d'Iletisim et progressiste, qui a été arrêté, soupçonné de connivence avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, interdit en Turquie et considéré comme terroriste par le gouvernement d'Erdogan, un autre prétexte utilisé par le gouvernement pour mener des arrestations qui semblent souvent arbitraires.

 

Depuis le mois de juin 2016, une trentaine de maisons d'édition auraient été contraintes de fermer leurs portes, suite à un décret gouvernemental.


via Hurriyet Daily, Deutsche Welle


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.