Turquie : Mehmet Altan libéré, son frère écrivain toujours en prison

Clément Solym - 29.06.2018

Edition - International - Turquie prison Erdogan - Mehmet Altan Turquie - perpétuité écrivains Turquie


Mehmet Altan avait été condamné à perpétuité en février, accusé d’avoir pris part au putsch avorté de juillet 2016. Un combat contre le président Edogan, fraîchement reconduit au pouvoir, qui l’avait conduit en prison, depuis septembre 2016. Depuis ces cinq derniers mois, la situation semblait inextricable.

 


 

 

Presque deux années de détention, pour n’avoir fait que manifester son désaccord : dans la Turquie d’Erdogan, c’est là un crime de lèse-majesté. Incontestablement. 

 

C’était ce 18 juin, et l’on avait alors toutes les raisons de croire que plus rien ne pourrait changer la donne. Et pourtant... La 2e chambre pénale de la cour de Justice d’Istanbul vient de réviser le jugement. Le professeur d’économie, journaliste et écrivain a vu sa peine levée. Révisée : il est libre. Impensable. 

 

Immédiatement, le PEN international s’est fendu d’un message, rappelant que la cour constitutionnelle avait ordonné sa libération, et rappelé qu’il n’aurait jamais dû être incarcéré.

 

 

 

Mehmet Altan avait été arrêté avec son frère Ahmet Altan, écrivain, ainsi qu’une autre journaliste, Nazli Ilicak. En février dernier, ils avaient été tous trois condamnés à la perpétuité et l’avenir de ces dissidents semblait définitivement scellé. Ils étaient en effet accusés d’avoir violé la constitution, suite au coup d’État de juillet 2016.

 

Ahmet Altan avait témoigné, racontant son quotidien aisément imaginable, dans les geôles du pays, quelques jours après son incarcération.

 

« Oui, je demeure dans une cellule où la lourde porte de fer fait un bruit d’enfer en s’ouvrant et en se refermant. Oui, ils me donnent mes repas à travers un trou au milieu de la porte. Oui, même le haut de la petite cour pavée où je fais quelques pas dans la journée est recouvert de grilles en acier. » (via Le Monde)

 

Il est d’ailleurs publié chez Actes Sud, comme Asli Erdogan, elle-même victime de la répression qu’inflige le président Recep Tayyip Erdogan.  

 

Ironie, voilà dix jours, le président du Pen Club français, Emmanuel Pierrat, avait diffusé dans Libération un appel à la solidarité. « Cher Ahmet, nous n’oublions pas tes derniers mots devant cette comédie de tribunal qui t’a condamné à perpétuité. À chaque fois qu’un tyran a puni un opposant par des pratiques injustes, il a fini par subir la même punition. »

 

Si le frère Mehmet a pu enfin s’échapper de la prison, l’espoir est permis pour Ahmet.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.