TVA, vente d'occasion, numérique : l'édition au Japon

Clément Solym - 23.03.2014

Edition - International - marché du livre - Japon - librairies


Le PDG de Chuokeizai-sha Inc., Norio Yamamoto, a fourni à l'International Publishers Association, un rapport réunissant plusieurs informations propres au marché japonais. Il contient de nombreuses données relatives aux ventes numériques et papier, tout en présentant les défis rencontrés par les éditeurs locaux, notamment autour de la TVA. Il fait également un point sur les changements observés dans les habitudes de lecture des Japonais.

 

 

Japan - Kyoto
Marc Veraart, CC BY 2.0

  

 

Pour l'année 2012, les ventes totales s'élevaient à 1682 milliards de yens, soit une diminution du marché de 3,3 %. Les clients ont acheté, en moyenne, 5,7 ouvrages que ce soit depuis internet ou en librairies. En revanche, on note une augmentation des prêts en bibliothèque, atteignant 5,8 ouvrages chaque année. 

 

On observe aussi un fort développement des librairies d'occasion, qui se placent comme une véritable alternative à l'offre de nouveautés. Elles représenteraient d'ailleurs un important volume, avec des prix attractifs, puisque très bas. Comme le livre neuf subira à compter du 1er avril, une hausse de la TVA, passant de 5 à 8 %, puis  10 % dans deux ans, ce pan de l'édition devrait avoir le vent dans le dos. 

 

On comprend donc que pour les libraires, la situation soit un peu douloureuse : les temps sont difficiles, parce que les solutions de vente en ligne se multiplient et que la bibliothèque offre un catalogue pléthorique. Cela dit, le pays reste encore bien doté en terme de librairies.

 

Reste alors le marché numérique : avec 93 milliards de yens, il pèse 5,5 % du marché pour l'année 2013, avec une croissance qui dépasse le simple cadre de la vente de mangas, comme c'était le cas jusqu'à lors. On trouve des dizaines de milliers de titres de niche, pour séduire les lecteurs. 

 

Enfin, l'édition scolaire est « tout à fait stable », assure le rapport. Les éditeurs scolaires s'activent actuellement à numériser leurs fonds et nouveautés, pour proposer de nouveaux services. Le recours à des supports pédagogiques numériques est de plus en plus examiné pour l'enseignement primaire et secondaire.