Twilight : procès, mensonges, la franchise des films chahutée

Clément Solym - 31.07.2014

Edition - Justice - Twilight film - Meyer acteurs - Pattinson Stewart


Voilà quatre mois, débutait un fameux procès : le distributeur anglais du film, Goldrest, accusait les deux acteurs stars, ainsi que la romancière, Stephenie Meyer, et le scénariste, de « pratiques comptables trompeuses ». Summit Distribution, la société américaine, était également impliquée. En jeu : quelque 6 millions $ rétroactivement cédés.

 

 

Bella Swan (Kristen Stewart) & Edward Cullen (Robert Pattinson) - The Twilight Saga: Eclipse

Nayara - Oliveira CC BY NC SA 2.0

 

 

Au cours de la procédure, le distributeur américain, s'en est sorti en citant Churchill : « To jaw-jaw is always better than to war-war. » Quelque chose du genre : Il est mieux de discuter que d'en venir aux poings. En effet, pour sa défense, le distributeur assure que des accords spécifiques avaient été passés avec Goldrest, qui invalident la plainte aux États-Unis. De fait, c'est donc un renvoi vers la juridiction britannique qui est prévue. 

 

Mais s'il est préférable de discuter, Summit n'entend pas non plus baisser les bras, et a indiqué qu'il avait engagé une procédure devant la Haute Cour de Justice de Londres. Et entend y démontrer qu'aucune malversation n'a eu lieu, pas plus que Goldrest n'a été lésé. 

 

Summit reconnaît avoir perçu une prime de 4 millions $ lors de la signature avec Universal, pour la commercialisation de Twilight. Et que cette somme a bien été redistribuée aux acteurs. Mais Goldrest n'avait pas de droit sur cet argent. 

 

L'avocat du plaignant, Me Mark Holscher a bien entendu protesté, réitérant ses accusations. Sauf que désormais, il ne sera plus en mesure de mener le procès devant la cour de Californie, comme cela avait été envisagé.

 

Épargnée, pour l'instant, la franchise des films n'en subit pas moins une plus sévère attaque, cette fois sur l'image même véhiculée par les deux stars du film, Robert Pattinson et Kristen Stewart. Couple idéal, impossible, mais heureux et accompli, à l'écran, ils étaient tous deux liés dans leur vie personnelle. 

 

L'amour d'un vampire pour une jeune lycéenne était devenu un symbole, partant de la fiction pour devenir réalité. Mais toute cette histoire ne serait qu'une manipulation orchestrée, justement par Summit, pour amadouer les coeurs des adolescentes déjà conquises. « Ce genre de merde arrive », s'est simplement défendu Pattinson. « Et franchement, qui s'en fout ? »

 

Hmmm...