Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

UK : Disparition de l'économie du livre papier à grande vitesse

Clément Solym - 21.09.2011

Edition - Société - librairie - angleterre - chute


Les librairies ferment, les chiffres d'affaires sont à leur pire niveau depuis six ans, tout cela dans un contexte économique plus que morose. Le Royaume-Uni n'apparaît pas sous son meilleur jour quand on le regarde sous le prisme du livre.

 

L'indicateur du chiffre d'affaires des librairies anglaises de l'étude BookScan par Nielsen a encore chuté : -8% pour le mois d'août par rapport à l'année dernière, à 108 millions de livres, soit 123 millions d'euros. Sur les six premiers mois la chute est de 3%. Avec 677 millions de livres soit 773 millions d'euros, l'indicateur est à son plus bas depuis 2005.
 

 


En dix ans, le nombre d'éditeurs papiers indépendants a baissé de 27 %, de 1289 à 940. Cela continue, une douzaine d'indépendants ayant jeté l'éponge à la fin du mois d'août, peut-être pour se recycler dans le numérique.

 

580 villes britanniques ont vu toute librairie disparaître de leur commune. Les concurrents des librairies ne sont pas seulement les livres numériques et les magasins de vente à distance comme Amazon, mais aussi les supermarchés qui continuent de gagner des parts de marché dans le papier.

 

Pour l'instant, les seuls marchands de livre qui résistent et prospèrent sont les discounts, comme par exemple The Works, qui a ouvert 43 nouveaux magasins cette année, et a fait un chiffre d'affaires de 11,4 millions de livres, soit 13 millions d'euros, en vendant 21 millions de livres (il y a livre et livre), augmentant ainsi de 7,9 %.

 

Via BuchReport