Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

UK : L'effort dérisoire et tardif pour aider les bibliothèques...

Cécile Mazin - 05.12.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèques finances Angleterre - auteurs gouvernement éducation - programmes communauté lecture


La situation des bibliothèques britanniques est probablement l’une des plus délicates en Occident. Et le rapport publié par le Department of Culture, Media and Sport la semaine passée, fait redouter que le pire soit à venir. Les auteurs se sont d’ailleurs réunis pour dénoncer le comportement et l’attitude du gouvernement.

 

Stacks

aehdeschaine, CC BY ND 2.0

 

 

« Trop peu, trop tard », voici comment Val McDermid résume la situation. Le rapport présenté devrait en effet assurer un fonds de 4 millions £ pour les établissements de prêt, et leur assurer de mener une stratégie garantissant leur avenir.

 

« Produire un rapport qui ignore qu’une bibliothèque sur huit a été fermée, que les bibliothécaires sont licenciés, que le financement a été réduit, tout en parlant de ce que les établissements doivent fournir des services supplémentaires sans lien avec leur activité, est honteux », fustige Francesca Simon.

 

Mais elle n’est pas seule : McDermid se lamente, littéralement. « Tout soutien financier apporté aux bibliothèques est important est bienvenu. Mais je pense que cela n’est que trop peu, trop tard, pour de nombreuses communautés. » Et de rappeler que ces lieux devraient être au cœur de toute la stratégie du pays, attendu qu’ils sont les racines de l’avenir. 

 

Le document rendu public n’a pas non plus manqué de faire bondir. Il apparaît en effet que le groupe de travail sur les bibliothèques aurait coûté beaucoup d’argent public – 250.000 £ déjà dépensées, et 500.000 £ de mieux sur les deux prochaines années. Le Conseil des Arts d’Angleterre aurait également abondé à la hauteur de 100.000 £ pour le financement des travaux en 2015/2016. Des sommes qui mettent évidemment en colère.

 

C’est que le projet présenté par le ministère indique clairement les pistes de développement impératif. Avec des arguments que les professionnels avancent depuis des années pour dénoncer une situation cruellement douloureuse. 

 

Angleterre : fermer des bibliothèques ? "Préparez-vous à construire plus de prisons" 

 

Nicola Solomon, directrice de la Society of Authors, critique également l’importance accordée à la dimension d’accueil pour la communauté, plutôt qu’à l’offre de livres. « C’est formidable de parler de centres communautaires, mais, en fin de compte, les livres restent au cœur des bibliothèques. Le rapport ignore les chiffres sur les horaires d’ouverture, les budgets et les usages. »

 

Car non seulement la question des achats et de la gestion de stocks de livres n’est absolument pas évoquée, mais, surtout, la bureaucratie ministérielle finirait par coûter plus cher qu’elle n’accorde. 4 millions £ réparties entre les différents établissements revient à apporter 31.000 £ aux 131 bibliothèques concernées. Une paille... 

 

 

via Guardian