UK : Le marché de l'ebook pourrait surpasser le papier d'ici 2018

Julien Helmlinger - 04.06.2014

Edition - International - Royaume-Uni - Marché du livre - Ebooks


Outre-Manche, le marché du livre numérique présenterait actuellement une belle courbe de croissance. Selon certains analystes du groupe PwC, les ventes d'ebooks pourraient se développer à pas de géant, tripler dans les quatre années, pendant que celles du papier devraient quant à elles reculer sur la période. Leur enquête indique que l'ebook pourrait même passer devant le livre imprimé, d'ici l'année 2018, et devenir le format favori des Britanniques. Quand d'autres prédictions nous préparent plutôt à une stabilisation des ventes numériques.

 

 

 

CC by 2.0 parJohan Larsson 

 

 

Au cours des quatre prochaines années, les analystes estiment que le poids du marché de l'ebook - excluant titres professionnels et éducatifs - devrait passer de 380 millions £ à un milliard. Les prévisions pour le marché du livre physique en revanche indiquent une possible baisse de plus d'un tiers des ventes sur la même période, qui retomberaient à 912 millions £.

 

Pour expliquer ce phénomène, PwC évoque un transfert des habitudes de lecture vers les tablettes. À l'horizon 2018, le groupe estime par ailleurs que 50 % des sujets du Royaume seront équipés en iPad, Kindle, ou autre appareil de lecture similaire. Pour Nigel Newton, le directeur général de chez Bloomsburry, le livre numérique donne lieu à un « âge d'or de la lecture » en Albion. L'éditeur constate que la fiction de genre fait partie de ces registres que l'on consomme volontiers dématérialisés, contrairement à la littérature mainstream qui resterait davantage attachée au papier.

 

Sur des terrains comme ceux de la fiction de types western, science-fiction ou romance, il estime que l'ebook pourrait représenter plus de la moitié des ventes. « Nous pouvons maintenant atteindre un marché mondial 24 heures par jour, 7 jours par semaine, partout où il y a de la téléphonie mobile et l'utilisation de cartes de crédit. Cela a énormément ouvert le marché pour nous au-delà de ce qui pourrait être atteint uniquement par des librairies. »

 

Ces estimations restent à prendre avec des pincettes, comme toujours. À noter que PwC annonçait une évolution des parts de marché similaire, concernant les États-Unis, où selon le groupe l'ebook dépasserait le livre imprimé d'ici 2017. Mais cette théorie reste contestée par d'autres analystes, ainsi que par la courbe actuelle du marché du livre américain. 

 

En marge de la Foire du livre de Londres, un observateur nous précisait : « Au Royaume-Uni, c'est un carnage. Dans certains groupes, on dépasse les 90 % de ventes réalisées sur la plateforme Kindle. » Un pourcentage qui serait confirmé, à demi-mot, par la Booksellers Association, et que le groupe Nielsen évalue à 95 % les ventes sur les sites en ligne, et 2 % celles réalisées en librairies indépendantes.