UK : Quand il vaut mieux mentir que d'avouer n'avoir pas lu ces livres...

Clément Solym - 04.02.2016

Edition - International - mentir livre lecture - Alice pays merveilles


Les Britanniques aiment-ils mentir sur leurs lectures ? Une enquête menée voilà sept ans affirmait déjà qu’ils affirmaient volontiers avoir lu 1984... sans l’avoir jamais ouvert. Arrivaient ensuite Guerre et Paix, puis l’Ulysse de James Joyce... Reste que 61 % des répondants reconnaissaient avoir menti effrontément en ayant parlé d’un livre... jamais lu.

 

c'est ça qui est la vérité

Abdallahh, CC BY 2.0

 

 

Chose amusante, on en reviendrait souvent aux mêmes titres, dont on cause avec gourmandise, puisqu’une autre enquête avait une fois encore montré que dans la liste des livres prétendument lus (aimés ou non, le menteur reste libre !), on pouvait même retrouver d’autres types de classiques.

 

Dans le top 5 de Book Riot, présenté en 2013, se retrouvaient ainsi : 

  • Orgueil et Préjugés de Jane Austen
  • Ulysse de James Joyce
  • Moby Dick d'Herman Melville
  • Guerre et Paix de Tolstoï
  • La Bible (!)
  •  

Et 1984 de George Orwell atteignant la 6e place, preuve, peut-être, qu’une certaine cohérence se mettait en place. 

 

Selon la BBC, qui s’est amusée à tenter l’expérience, les foules ont changé de chouchou, et l’actualité n’y serait peut-être pas étrangère. L’année passée marquait en effet les 150 ans de cette histoire qui a fait le bonheur de millions d’enfants, mais aussi d’adultes. Voilà un siècle et demi, paraissait pour la première fois ce conte initiatique délirant et fantaisiste... que les Britanniques aiment tant évoquer.

 

Sauf que, Alice’s Adventures In Wonderland de Lewis Carroll est devenu le livre responsable du plus grand nombre de mensonges selon une enquête de la BBC. L’enquête portait sur les liens entre adaptations littéraires, télévision et lectures : une personne sur quatre a reconnu avoir bluffé quant à la lecture d’un livre, n’ayant simplement connaissance que de l’adaptation audiovisuelle.

 

Et pour ne pas passer pour une buse, les Britanniques n’hésitent pas à mentir, ne serait-ce que pour sembler plus intelligent. Ajoutons le point des conventions sociales, et l’on apprend qu’une personne sur trois ne corrigerait pas son interlocuteur, qui se tromperait en parlant d’un livre. Et de fait : quand on parle bien des livres, on devient plus attirant, expliquent 60 % des répondants...


Le sex-appeal des livres n’a jamais été à démontrer.

 

Quant à la liste des oeuvres qui font le plus souvent mentir les Britanniques, voici le top 20 : 

 

1. Alice's Adventures In Wonderland – Lewis Carroll

2. 1984 – George Orwell

3. The Lord Of The Rings trilogy – JRR Tolkien

4. War And Peace – Leo Tolstoy

5. Anna Karenina – Leo Tolstoy

6. The Adventures Of Sherlock Holmes – Arthur Conan Doyle

7. To Kill A Mockingbird – Harper Lee

8. David Copperfield – Charles Dickens

9. Crime And Punishment – Fyodor Dostoyevsky

10. Pride And Prejudice – Jane Austen

11. Bleak House – Charles Dickens

12. Harry Potter (series) – JK Rowling

13. Great Expectations – Charles Dickens

14. The Diary Of Anne Frank – Anne Frank

15. Oliver Twist – Charles Dickens

16. Fifty Shades trilogy – EL James

17. And Then There Were None – Agatha Christie

18. The Great Gatsby – F Scott Fitzgerald

19. Catch 22 – Joseph Heller

20. The Catcher In The Rye – JD Salinger