Ulysse : la pharmacie décrite par James Joyce menacée de fermeture

Maxim Simonienko - 17.06.2019

Edition - Société - james joyce ulysse - sweny's pharmacie dublin - don sweny's patreon


Dans le cinquième épisode du roman de James Joyce, Ulysse (traduit de l'anglais par Jacques Aubert aux éditions Gallimard), le personnage de Léopold Bloom s'arrête à la pharmacie Sweny's pour acheter de la crème pour le visage de sa femme Molly. Un lieu de fiction, pourtant bien réel qui, aujourd'hui, est menacé de fermeture à cause d'une augmentation du loyer. 
 
Devanture du Sweny's, à Dublin (via Facebook)
 
 

De la pharmacie au cabinet de lecture bénévole


En effet, à l'origine, le Sweny's est un bâtiment situé à Dublin, réservé à la médecine. D'abord cabinet médical en 1847, il devient une pharmacie, trois ans plus tard. En 2009, l'espace médical est entièrement repris par PJ Murphy et deux de ses amis. Ils le transforment alors en salle de lecture pour y présenter des œuvres de James Joyce dans cinq langues différentes.

Les voyageurs peuvent s'arrêter pour prendre une tasse de thé et profiter gratuitement d'une histoire écrite par James Joyce et contée par un bénévole. Il est alors possible de faire un don, en guise de remerciement.

Une aide qui ne serait pas de refus en ce moment. Tout récemment, le loyer du Sweny's a vu son prix doubler et l'immeuble, qui abrite l'ancienne pharmacie, est à vendre. La seule solution trouvée aujourd'hui par le groupe est d'avoir créé une récolte de fonds sur le site Patreon.
 

Intérieur du Sweny's (via Facebook)

 

James Joyce, l'écrivain de “l'hyperlocal et de l'universel


Les bénévoles refusent catégoriquement de faire payer les lectures, « l'exclusivité est contraire à l'esprit du lieu, de la communauté et de l'idée que Joyce écrivait pour tout le monde », déclarent-ils. De plus, anecdote croustillante, le père d'Oscar Wilde, Sir William Wilde, travaillait comme médecin et venait souvent voir l'apothicaire du Sweny's pour acheter des médicaments.

« C'est le bois qu'ils auraient tous touché, tous ces gens extraordinaires et ceux qui les connaissaient. Nora [Barnacle] travaillait à l'hôtel juste derrière, Joyce serait venu ici. George Bernard Shaw traînait dans la galerie. Bram Stoker, il aurait pu passer par là en allant dans les salons de la mère d'Oscar Wilde, vous savez, littéralement passer la porte », raconte émerveillé Jack, l'un des bénévoles.

Le groupe de volontaires explique également que le Sweny's incarne « l'amour de Joyce pour l'hyperlocal et l'universel ». Son travail d'écrivain, qui a toujours voulu marier les deux, a fait de l'ancienne pharmacie un hommage particulièrement approprié à son héritage littéraire.
 

Kenji, un autre bénévole, a insisté pour ne pas tenir un discours défaitiste face à l'augmentation du loyer : « Nous ne fermerons pas. Nous resterons, nous grandirons et nous prospérerons. La question n'est pas de savoir si, mais comment. »


via Lithub.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.