Un accord financier met fin au procès Fifty Shades of Grey

Antoine Oury - 20.09.2016

Edition - Justice - Fifty Shades of Grey procès - Fifty Shades of Grey ventes - Fifty Shades of Grey royalties


Aux dernières nouvelles, en janvier dernier, Jennifer Lynn Pedroza réclamait 11,5 millions $ à l'une de ses anciennes associées : cette dernière avait vendu les droits de la série Fifty Shades of Grey, originalement publiée par leurs soins, sans lui dévoiler la totalité de l'arrangement... Et on connaît le succès de la série sadomaso... Un accord vient d'être trouvé entre les différents protagonistes.

 

Fifty Shades of Grey - Sex Shop

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

En 2011, Pedroza, Amanda Hayward et deux autres collaboratrices avaient mis en place la plateforme The Writers Coffee Shop, en réalité un petit site de discussion et de conseils autour des auteurs indépendants, ensuite devenu un modeste éditeur de livres numériques. Sauf qu'un certain Fifty Shades of Grey est un jour tombé entre leurs mains, peu de temps avant l'immense succès qui suivit.

 

L'éditeur Vintage Books, sentant le vent du succès, rachètera les droits du livre en 2012, mais c'est justement les conditions de ce rachat qui ont poussé Pedroza à aller au tribunal contre son ancienne associée. Elle accusait en effet Hayward d'avoir dissimulé de nombreux éléments notamment contractuels à ses collègues. 

 

« Après avoir tenté de convertir WCS, sans même parler de ce qu'elle était en train de faire, Hayward a dit à ses partenaires que leur accord devait être restructuré totalement, en une entité exclusivement détenue par elle, pour des raisons fiscales. Elle a, par la suite, conduit Pedroza et Beebe à signer des accords de service avec WCS, et par la suite, mis fin à leur collaboration », expliquait Pedroza dans sa plainte.

 

Au mois d'août 2015, le jury de Fort Worth, au Texas, avait affirmé que Amanda Hayward était coupable, pour avoir frauduleusement manipulé et modifié les conditions du contrat qui la liait à Writers Coffee Shop, sans consulter les copropriétaires de la société. On estimait alors que les réparations s'échelonneraient entre 10 et 20 millions $.

 

Retour en 2012 : Fifty Shades : l'ebook d'une auteure inconnue devenu best-seller 

 

 

Finalement, Hayward s'en sortait presque bien puisqu'au début de l'année 2016, le juge ordonnait à Hayward de verser 11,5 millions $ à Jenny Pedroza, soit 10.634.587 $ de royalties et 888.643 $ d'intérêts. À cette somme s'ajoutait encore 1,7 million $, pour les frais d'avocats. Hayward avait fait appel de cette décision, en contestant le montant.

 

Reuters rapporte aujourd'hui qu'un accord a été signé entre Pedroza et Hayward, sans qu'aucun montant ne soit dévoilé. L'aventure judiciaire semble donc définitivement terminée, et les avocats des deux femmes se sont déclarés satisfaits des termes de l'accord.

 

À l'origine, Pedroza n'avait reçu que 100.000 $ de la vente des droits d'exploitation de la trilogie mummy porn.