medias

Un accord franco-espagnol entre bibliothèques nationales

Clément Solym - 10.12.2007

Edition - Société - bibliothèque - Espagne - France


C'est un communiqué très officiel qui émana ce 7 décembre. Christine Albanel, toujours fort bien parée dans son attribution ministérielle de la Culture et la Communication, ainsi que César Antonio Molina, son équivalent ibérique étaient en belle compagnie puisque le président de la BNF, Bruno Racine et la directrice de la BNE signaient de leur stylo respectif un accord de bonne entente et de saine coopération. En somme, France et Espagne ont désormais des intérêts convergents.

Au menu de ce qui sera une auberge franco-espagnole, une exploitation commune des fonds détenus par les deux parties, impliquant des expositions conjointes. On parle aussi de conférences et de séminaires. Une formation spéciale sera développée pour les professionnels de la bibliothèque. Évidemment, la numérisation des contenus pour leur préservation est au programme. Les chercheurs enfin devraient bénéficier à terme d'un accès simplifié aux salles de recherches. Conférences et séminaires couronneront ce partage.

Pour la page histoire, la BNE fut fondée en 1712, mais ne devint nationale qu'en 1836, contient près de 6,5 millions de livres imprimés et 110 000 périodiques. Pour plus de chiffres, on ajoutera « plus de 30.000 manuscrits et près de 3.000 incunables, plus de 700.000 estampes, près de 800.000 affiches et plus de 2 millions de photographies, plus de 500.000 partitions musicales manuscrites ou imprimées, plus de 550.000 documents sonores ou audiovisuels et près de 135.000 cartes géographiques. »

La conservatrice, Mme del Corral, est en poste depuis septembre dernier, après un passage à l'UNESCO, où elle navigua entre les postes de direction dans le domaine culturel entre 1990 et 2005.

Pour approfondir

Editeur : Attila
Genre : autobiographies...
Total pages : 48
Traducteur :
ISBN : 9782917084663

Peut mieux faire ; mon enfance vue par l'Education nationale

Jean-Baptiste Alméras a été un bébé joyeux. Jean-Baptiste Alméras a été un petit enfant espiègle. Puis il a commencé à fréquenter les écoles et c'est là que ses ennuis ont commencé." Peut mieux faire ", c'est à peu près ce qu'il a entendu tout au long de sa scolarité. On s'est inquiété pour lui, on l'a jugé nul, et finalement on l'a recalé. Jean-Baptiste Alméras a quitté l'institution sans le bac. Mais il est resté égal à lui-même. Et, pendant 20 ans, il a lu et conseillé des livres : il est devenu directeur d'une prestigieuse

J'achète ce livre grand format à 4 €