Un ancien condamné à mort poursuit Harper Collins en justice

Xavier S. Thomann - 12.03.2013

Edition - International - Nick Yarris - Death Row - Harper Collins


Voici une histoire pas banale pour le monde de l'édition. Un ancien condamné à mort attaque en justice Harper Collins. Le motif : le livre qu'il a écrit sur son calvaire (on s'est rendu compte qu'il était innocent 21 ans après l'avoir mis derrière les barreaux) n'est jamais sorti. Or des exemplaires sont dans la nature. Une information révélée par le Guardian.

  

 Death Row cell

 Mr.Thomas, CC BY-SA 2.0

 

 

Nick Yarris a été condamné à la peine de mort pour viol suivi de meurtre en 1983, dans le Delaware. Il a été innocenté et libéré en 2004, grâce à des tests ADN qui ont permis de révéler qu'il n'avait pas commis de tels actes. Le livre commandé par Harper Collins était prévu pour juillet 2008 et raconte cette terrible épreuve.

 

Manque de chance, alors que tout est prêt pour le lancement du livre, Yarris est arrêté pour production de Cannabis. L'éditeur annule tout, mais c'est trop tard ; certains exemplaires étaient déjà parvenus aux libraires. Du coup, environ mille ouvrages de Seven Days to Live se sont écoulés, sans bien sûr que l'auteur le sache, et encore moins qu'il en profite. 

 

Par ailleurs, les accusations portant sur la drogue ont été retirées elles aussi : il n'y avait donc pas de raison valable en fin de compte pour ne pas publier le livre. Il vient donc à la charge aujourd'hui pour réclamer ce qui lui est dû, accusant notamment la maison d'avoir distribué le livre sans l'avertir. 

 

De plus, la maison ne lui a jamais payé, selon ses dires, l'ensemble de ses avances, 66,000 £ sur les 100,000 prévus. Il s'estime « humilié au-delà de toute mesure. » Et estime son manque à gagner à 7,5 millions de dollars. On se sait pas en revanche comment il est arrivé à ce chiffre, si ce n'est que son ouvrage aurait certainement pu bien se vendre.

 

On trouve en effet des exemplaires sur Amazon (décidément, on y trouve tout) à partir de 50 euros, preuve qu'il y a un intérêt du public pour son histoire. 

 

Nick Yarris a depuis refait sa vie en Angleterre, vivant avec très peu de moyens. Ce qui ne l'a pas découragé de commencer l'écriture d'un second livre, Seven Days to Love, où il raconte sa nouvelle vie. Rendez-vous donc dans les tribunaux anglais pour savoir qui de Harper Collins ou de Nick Yarris remportera le procès.