Un ancien membre du GIGN se confie

Clément Solym - 12.06.2008

Edition - Société - Jean - Luc - Calyel


Le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale inspire toujours le respect. Même si de nombreux reportages télévisuels ont tenté de rendre compte, de l’intérieur, du fonctionnement de cette unité très spéciale, le grand public ignore encore beaucoup des pratiques et techniques utilisées par ces hommes surentraînés.

Jean-Luc Calyel a fait partie du GIGN de 1986 à 2000. Libéré de son droit de réserve et devenu écrivain, il raconte dans un livre écrit comme un roman, le quotidien de ces super–gendarmes. Recruté à l’âge de 22 ans, il fut l’un des plus jeunes membres du célèbre groupe. Pour mieux comprendre ce qui l’a amené à prendre la plume, vous pouvez retrouver une interview de Jean-Luc Calyel sur Actualitedulivre.com.

Le cadre d’intervention du GIGN va du travail de police judiciaire (filatures, flagrant délit), au transfèrement d’individus dangereux ou sensibles, à la mutinerie en milieu carcéral jusque bien sûr, au règlement de prises d’otages. Nombre d’interventions par an : entre 60 à 70.  En trente ans d’existence, le GIGN a déploré le décès de huit membres du groupe, dont six au cours de l’entraînement.

GIGN, les secrets d’une unité d’élite de Jean-Luc Calyel est paru aux Editions du Cherche-Midi (334 pages, 17 €)


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.