Un Anglais sur dix se contente du film sans lire le livre

Clément Solym - 27.03.2008

Edition - Société - livre - film - cinéma


Oh, les vilains ! Une enquête explique en effet qu'un Britannique sur dix triche et se contente de regarder les adaptations de films plutôt que de lire les oeuvres classiques. De plus, les enseignants eux-mêmes sont soupçonnés de telles pratiques, tant ces adaptations sont populaires.

Comble du comble, les Londoniens sont plus coupables encore puisque 16 % ont avoué privilégier les films aux livres originaux annonce la librairie Blackwell, commanditeur de l'étude.

Inquiétant en revanche pour la culture anglophone, les deux tiers des Britanniques ignoraient que Ten Things I Hate About You (10 bonnes raisons de te larguer en français) et Clueless de H. B. Gilmour et Randi Reisfeld étaient des livres avant de devenir des films ou des séries télé. On passera rapidement sur le tiers d'adulte qui admet ne jamais lire de classiques, ou ceux qui confondent Robin des bois avec le renard de Disney...

Plus amusant en revanche, 47 % estiment que les jeunes souffrent du syndrome de Peter Pan, comme dans le roman de JM Barrie ou encore que 30 % cherchent un mari riche comme dans les livres de Jane Austen. Pourtant Phil Jamieson, directeur marketing de Blackwell se défend : « Les Classiques sont intemporels. On y trouve des thèmes contemporains comme l'amour, le sexe, les meurtres ou les mystères ».

Ce qui d'ailleurs les rend encore plus sujets aux adaptations pour le grand ou le petit écran. Leurs parallèles avec notre vie sont primordiaux. Plus de 2.000 adultes ont été sondés sur leurs habitudes de lecture. Dernier point, qui ne manquera pas de faire sourire : Orgueil et préjugés est le livre préféré de 16 % des femmes, quand 9 % des hommes citent plus volontiers Frankenstein...