Un appel aux rédacteurs pour le bicentenaire de Charles Dickens

Clément Solym - 07.08.2011

Edition - Société - dickens - journal - numerisation


En 1866, l'actrice Ellen Terry a été décrite comme "la chose qui m'a fait avoir le mal du pays pour Londres".

Pendant près de 20 ans, un hebdomadaire à deux pences a été géré et publié par Charles Dickens. Très attendu par ses lecteurs chaque mercredi, le magazine contenait des reportages en couleur et des extraits des ouvrages en cours de l'écrivain.

Des universitaires veulent aujourd'hui rendre accessible en format numérique le Household Words (à son lancement en 1950) et le All the Year Round (rebaptisé ainsi lorsque Dickens abandonna son éditeur pour marcher seul).



 
L'université de Buckingham espère voir les 1 101 numéros du  journal mis en ligne d'ici au 7 février 2012, date du bicentenaire de la naissance de Dickens. Un appel au volontariat a été lancé pour rendre le journal accessible à une audience plus large que ses 300 000 lecteurs réguliers de l'époque.

Les pages ont déjà été numérisées, mais la relecture des documents pour chasser les erreurs inhérentes à la numérisation requiert une aide colossale. Surtout lorsqu'il s'agit de plus de 30 000 pages et 3 milliards de mots.

Dickens, qui a commencé sa carrière en faisant des comptes-rendus parlementaires, a commencé à écrire des fictions pour les publier dans son jounal. Pionnier en son époque, il informait sur les mines et les usines, sur les prisons et sur l'actualité étrangère.

Pour participer au projet, voyez ici. Pour le soutenir, . Attention, c'est en anglais.

(via Guardian)